Des Norvégiens veulent offrir l'une de leurs montagnes à la Finlande pour son 100ème anniversaire

Le mont Halti, vu depuis la frontière avec la Finlande© jarikir/Flickr
Le mont Halti, vu depuis la frontière avec la Finlande

Alors que les hommes politiques se réunissent en Europe pour discuter des contrôles aux frontières, des activistes norvégiens ont proposé de déplacer la frontière du pays vers l’ouest afin d’offrir une montagne à la Finlande voisine.

Une campagne lancée sur les réseaux sociaux par Bjorn Geirr Harson, un employé à la retraite de l’Autorité norvégienne de la cartographie (ATC), suggère que la Norvège déplace sa frontière Est de vingt mètres afin que le mont Halti passe en Finlande. Cette proposition pourrait être un présent pour fêter les 100 ans de l’indépendance de la Finlande en 2017.

«Nous n’aurions pas à abandonner une partie de la Norvège, cela serait à peine perceptible», a affirmé le retraité au site internet The Local. «Et je suis certain que les Finlandais apprécieront d’avoir cette montagne», a-t-il ajouté.

Lire aussi : Finlande : un revenu minimum de 800 euros par mois pour chaque citoyen

Le mont Halti culmine à 1 365 mètres, ce qui ne lui permet pas de figurer dans le classement des 200 montagnes norvégiennes les plus hautes. Mais la Finlande n’a aucune montagne, et donc même les versants les plus bas du mont Halti deviendraient les sommets les plus hauts du pays.

Sur la page Facebook dédiée à cette proposition, peut lire : «Cela ne sera pas seulement un cadeau formidable, mais combien de pays peuvent se targuer d’avoir offert une montagne comme présent ?»

Bjorn Geirr Harson a eu cette idée en survolant la Norvège lors d’un voyage d’affaire. Il s’est demandé pourquoi il n'y avait qu'une partie du seulement une partie du mont Halti qui se trouvait en Finlande. Il a alors soumis sa proposition à Anne Cathrine Frostup, son employeur précédent mais aussi directrice de l’ATC, qui a soutenu son idée. La page «Donner le mont Halti comme cadeau d’anniversaire» a recueilli plus de 2 000 mentions «j’aime» sur Facebook, une semaine seulement après le lancement de la campagne.

Lire aussi : Bruxelles planifie de retirer leur souveraineté frontalière aux membres de l’espace Schengen

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales