Les soldats irakiens auraient repris la plus grande partie de la ville de Ramadi

Source: Reuters

Les militaires irakiens ont libéré l'arrondissement de Tamime dans la ville de Ramadi, ce qui signifie que les terroristes de Daesh ont déjà perdu de 60% à 70 % des territoires qu’ils occupaient dans la ville.

«Les actions militaires sont entreprises pour le moment dans l'arrondissement de Tamime, soit 60% à 70% de la ville de Ramadi. Nous nous approchons d’une libération complète de la partie ouest de la ville», a précisé le général-lieutenant des départements anti-terroristes de l’armée irakienne, Abdul-Gani al-Assadi.

Si les militaires irakiens réussissent à regagner toute la partie ouest de la ville, les autorités seront parvenues à reprendre plus de 80 % de la ville aux terroristes.

La ville de Ramadi se trouve à 100 kilomètres de Bagdad. Les combattants de Daesh l’ont prise le 18 mai. Les soldats irakiens ont battu en retraite alors même que leurs forces étaient supérieures en nombre à celles de l’Etat islamique. Ils ont également abandonné une quantité importante de matériel militaire, dorénavant aux mains des djihadistes.

Lire aussi : Daesh renforce sa présence à Ramadi, Bagdad tente de rassembler ses forces en Irak

En quittant la ville, les militaires irakiens ont laissé le champ libre aux partisans de Daesh qui se sont rapidement emparés des armes qui traînaient et ont commencé à perpétrer leurs exactions sur les habitants : plus de 500 d’entre eux ont péri, plus de 100 000 civils irakiens ont été contraints à l’exil pour échapper aux atrocités des islamistes radicaux. 

Néanmoins, au cours des dernières semaines, l’armée irakienne est parvenue à couper la dernière ligne d’approvisionnement qui permettait à Daesh de ravitailler ses combattants dans la ville. 

Fin novembre, les forces gouvernementales irakiennes ont repris le contrôle d’un point stratégique, le pont Palestine, qui enjambe l’Euphrate au nord-ouest de la ville de Ramadi. «Cette avancée est très importante, Daesh ne peut plus transporter d’armes, de nourriture ou d’équipements par le fleuve, comme les terroristes le faisaient dans le passé», a déclaré un colonel, qui a préféré resté anonyme, à l’agence de presse Reuters.

En savoir plus : L'armée irakienne avance dans sa reconquête contre Daesh, notamment à Ramadi

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales