Lorraine: 2,9 millions d'euros d'aides publiques pour un centre qui formera des militaires saoudiens

Un char saoudien en opération au Yémen © Faisal Nasser Source: Reuters
Un char saoudien en opération au Yémen

Une vidéo du Conseil régional de Lorraine, montrant le vote d’une subvention à une entreprise qui formera des Saoudiens au maniement de chars fait le buzz sur internet, obligeant la région à réagir. Elle menace aujourd’hui de porter plainte.

En août 2014, l’entreprise belge CMI signe une convention avec le groupe américain, basé au Canada, General Dynamics. Premier fabricant d’armes au monde, la firme américaine a conclu un juteux contrat avec l’Arabie saoudite, qui s’est engagée à acheter des chars légers, dont l’entreprise CMI construira les tourelles sophistiquées et les canons de 105mm pendant 10 ans, pour un montant de 4,5 milliards d’euros.

Selon le média indépendant BLE Lorraine, «Les formateurs de l’armée cliente seront eux-mêmes formés à Commercy au cours de deux sessions par an de trois à quatre mois. CMI proposera aux tireurs, pilotes et mécaniciens une formation globale pour savoir manier sa tourelle et son système d’arme, que ce soit en salle, sur simulateur ou encore sur un terrain de manœuvre».

Le projet de campus destiné à accueillir (entre autres) les militaires et mécaniciens saoudiens, devrait aboutir à la création d'une centaine d’emplois et générera un coût estimé à 67 613 308€. L’Etat a déjà alloué 1 000 000 d’euros au projet, le GIP Objectif Meuse a, lui, contribué à hauteur de 500 000 euros et la Communauté de communes du Pays de Commercy a concédé un rabais de 800 000 euros sur le prix de vente de l’ancien site militaire, qui abritait le 8ème régiment d'artillerie jusqu'en juin 2013. Mais certains élus de la région Lorraine se sont émus du projet de subvention de 600 000 euros lors des débats sur la question le 2 octobre dernier.

Jacqueline Fontaine, représentant Europe Ecologie Lorraine, a dénoncé «un grand décalage entre la présentation bien pudique du dossier et la réalité du projet […] on apprend à faire la guerre à des Saoudiens». Brigitte Leblan, élue du même groupe, s’est-elle interrogée : «Quel message adresse-t-on aux défenseurs des droits humains ? Cela signifie que nous soutenons le gouvernement tel qu’il est aujourd’hui. Imaginez ce que c’est de se prendre 50 coups de fouet, avec la peau qui se déchire dans le dos», s'est interrogée Brigitte Leblan, élue du même groupe, qui s'est, elle aussi, prononcée contre ce projet.

Subvention à l'entreprise Campus Cockerill : la réalité des faits !

Posté par La Région Lorraine sur lundi 7 décembre 2015

«Nous ne finançons pas cette formation, elle est financée par le marché», se défend Thibault Villemin, vice-Président de la région. «C’est un investissement de long terme sur le territoire» qui pourra accueillir à l’avenir d’autres activités, a-t-il précisé. Mais cela n’a pas convaincu Eric Vilain, du groupe Front national, qui a voté contre : «Vous essayez de nous transformer ça, mais que vous le vouliez ou non, cette subvention sert à financer la formation de militaires de l’Arabie saoudite».


Les groupes communistes, Union des Démocrates Indépendants et Je suis Lorrain ont décidé de s’abstenir, laissant les élus du Parti socialiste valider la subvention. Les Républicains (LR), qui se sont aussi abstenus, n’ont-ils pas voulu contrarier le sénateur Gérard Longuet ? En effet, l’ex-ministre de la Défense avait autorisé, lorsqu’il était en fonction, l’exploitation des terrains laissés vacants après la fermeture de sites militaires dans la région, dont le site de Commercy. Aujourd’hui, Gérard Longuet siège au conseil d’administration de l’entreprise belge CMI.

La vidéo, publiée sur différentes plateformes, a déjà cumulé plusieurs centaines de milliers de vues. A tel point que la région Lorraine a publié un communiqué afin de faire savoir qu'elle porterait plainte contre les «propos diffamants tenus sur les réseaux sociaux et les diverses manipulations de la réalité de l'information sur l'objet de cette subvention». L'affaire reste donc à suivre.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales