L’héroïne afghane rapporte à Daesh un milliard de dollars par an

© Andreï Stenine Source: Sputnik

La Russie prévient que Daesh serait en train de prendre le contrôle de la production et du trafic d’héroïne. Il rapporterait déjà un milliard de dollars aux terroristes et les bénéfices pourraient être utilisés pour accomplir de nouveaux attentats.

Alors que les attaques contre les sites pétroliers contrôlés par Daesh s’intensifient, les terroristes sont forcés de chercher de nouvelles sources de revenu et se tournent vers le trafic de drogue, étant donné que les routes d’approvisionnement de l’Europe passent par de nombreux territoires que contrôle l’organisation terroriste.

Selon le Service fédéral russe de contrôle des drogues (FSKN), ce trafic rapporterait déjà chaque année près d’un milliard de dollars à Daesh. En outre, la moitié de l’héroïne vendue en Europe transiterait par l’organisation terroriste.

«Le transit de l’héroïne afghane via les territoires contrôlés par l’Etat islamique est un énorme parrainage financier», a déclaré le chef du FSKN, Viktor Ivanov. Il a également souligné que les plantations de coquelicots croissaient toujours, qu’une récolte record était attendue cette année et donc, que l’opium et l’héroïne aller se déverser hors d’Afghanistan. «Ce problème ne devrait pas être soulevé à Moscou uniquement, mais au sein des Nations unies en général parce qu’il ne s’agit pas d’une menace pour la seule Russie, mais pour la sécurité de toute l’Europe».

En savoir plus : Police russe des stupéfiants : plus de la moitié de l’héroïne européenne transite par l’EI

Daesh diversifie ses activités mais ce n’est pas son choix, a confié à RT Abayomi Azikiwe, éditeur du Pan-African News Wire. «Il assez évident que la Turquie et d’autres Etats de la région aident Daesh à s’approvisionner. Mais maintenant que la situation a changé, les lignes d’approvisionnement ont été sérieusement endommagées. C’est pourquoi il n’est pas surprenant que Daesh soit impliqué dans d’autres moyens de générer des liquidités. Après que les Etats-Unis sont intervenus en Afghanistan, la production de coquelicots, et par conséquent d’opium et de drogues opiacées, ont fleuri. Cette soi-disant guerre contre le terrorisme nourrit le trafic», a-t-il expliqué.

La production d’héroïne en Afghanistan a atteint une dimension vraiment industrielle : la production de drogue a été multipliée par 50 depuis 2001, lorsque dans le cadre de leur opération «Liberté immuable», les Etats-Unis ont entamé leur occupation de l’Afghanistan avec les troupes de la coalition internationale.

Le porte-parole du Comité d’enquête russe, Vladimir Markin, a écrit un article pour le journal russe Izvestia précisant que le terrorisme international était utilisé comme de la poudre aux yeux par les groupes de criminels internationaux. «Daesh et le Front al-Nosra ne sont que des complices politiques pour le trafic massif de pétrole, de monnaie, d’armes, d’objets culturels, d’organes et d’esclaves», a-t-il écrit.

L’ONU estime que le revenu actuel des producteurs de drogue afghans atteint 3,5 milliards de dollars alors qu’au plan international, ce trafic générerait jusqu’à 100 milliards de dollars.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales