Deux recruteurs présumés de Daesh et une femme partis pour l'Afghanistan arrêtés à Barcelone (VIDEO)

Des recruteurs présumés de Daesh arrêtés à Barcelone
Des recruteurs présumés de Daesh arrêtés à Barcelone

La police a démantelé une cellule djihadiste en Espagne et arrêté deux hommes qui sont suspectés d'avoir voulu recruter des combattants pour le djihad. Une femme qui souhaitait partir pour l’Afghanistan a aussi été arrêtée.

Deux recruteurs de l’Etat islamique, ainsi qu’une femme prête à se rendre en Afghanistan, ont été arrêtés, ces derniers jours en Catalogne, a annoncé ce samedi le ministère espagnol de l’Intérieur. Selon les autorités, Les deux hommes, âgés de 32 et 42 ans et originaires de Tanger (Maroc) ont été arrêtés par la Garde civile à Barcelone. Ils sont soupçonnés d’avoir voulu recruter des combattants pour le djihad.

Désormais incarcérés, les deux hommes ont, «via différentes plateformes virtuelles et réseaux sociaux, diffusé l'idéal extrémiste de Daech et attiré des adeptes pour les envoyer dans des zones de conflit», explique le communiqué du ministère de l’Intérieur.

Lire aussi : Un prisonnier espagnol qui recrutait des codétenus pour le djihad est arrêté par la police

Quant à la jeune femme, âgée de 24 ans et originaire de la banlieue de Barcelone, elle «avait connu un processus de radicalisation qui l'avait conduite à partager complètement la stratégie des groupes terroristes extrémistes auxquels elle voulait se joindre lors d'un déplacement imminent». Interrogé à la télévision, le ministère de l’Intérieur a expliqué que «sa valise (était) déjà prête pour partir semble-t-il en Afghanistan, pour intégrer le jihad».

Selon les premiers éléments révélés par les autorités espagnoles, la garde civile enquêtait depuis plusieurs mois sur des échanges entre des membres de l'EI et des personnes résidant en Espagne.

La garde civile devait recueillir les dépositions de quatre autres personnes pour leurs liens supposés avec les détenus, a précisé le ministère de l'Intérieur.

L’opération des forces espagnoles de police

L’Espagne est depuis plusieurs mois en état d’alerte antiterroriste. 95 personnes ont été arrêtées depuis le début de l’année pour des liens supposées avec les filières djihadistes. Toutefois, le pays reste moins contaminé que la France par les départs en Syrie. Le ministère estime que 139 personnes sont parties combattre en Syrie ou en Irak, dont seules 25 sont revenues en Espagne. Au moins 250 personnes sont revenues en France selon les autorités françaises.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales