Trois morts à déplorer lors de l'attaque d'une base de l'ONU dans le Nord du Mali

La base de l'ONU à Kidal a été visée par des tirs de roquettes. Source: Reuters
La base de l'ONU à Kidal a été visée par des tirs de roquettes.

Une base de la Minusma, la force de l'ONU au Mali, a été visée par des tirs de roquettes durant la nuit. Deux soldats guinéens de l'ONU et un civil ont perdu la vie.

Plusieurs hommes armés ont attaqué, cette nuit, la base de l'ONU à Kidal, dans le nord du Mali. Deux soldats guinéens de l'ONU et un civil ont été tués et quatorze personnes blessées dans une attaque à la roquette.

Selon les premières constatations et déclarations sur place, «quatre ou cinq roquettes sont tombées dans l'enceinte de la base», a expliqué un porte parole de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma). «Des personnes ont été blessées, mais il est encore trop tôt pour donner un chiffre exact», avait-t-il ajouté dans un premier temps. Les roquettes ont tué «deux casques bleus de nationalité guinéenne» et un «civil contractuel», a précisé une source au sein de l'ONU plus tard dans la matinée.

Les djihadistes sont très présents dans le nord du Mali, et cela malgré l'intervention militaire française de janvier 2013. En mai 2014, la ville de Kidal, où se trouve la base de l'ONU, était même tombée sous le joug des djihadistes. S'ils n'ont plus de contrôle du nord du pays depuis le lancement, par la France, de l'opération Serval - puis Barkhane - suivie de la mise en place de la Minusma, les djihadistes restent actifs au Mali. 

Vendredi dernier, un commando composé de djihadistes avait tué 27 personnes lors d'une prise d'otage contre l'hôtel Radisson de Bamako, où se trouvaient de nombreux étrangers. Cette attaque à Kidal survient alors que le gouvernement malien a placé le pays en état d'urgence pour 10 jours. 

Les bases de l'ONU ont par ailleurs déjà été la cible des djihadistes. Le 3 août dernier déjà, une dizaine de soldats avaient été tués dans une attaque contre leur camp dans la région de Tombouctou. Comme de nombreuses attaques dans la région, cette dernière avait été revendiquée par Aqmi, la branche d'Al-Qaïda au Maghreb.

Il y a quelques jours, RT avait réalisé une frise interactive revenant sur le conflit en cours au Mali depuis maintenant le début de l'année 2012.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales