Attaque djihadiste au Mali : 19 otages tués

L'hôtel Radisson à Bamako Source: Reuters
L'hôtel Radisson à Bamako

Un commando, vraisemblablement composé de djihadistes, a lancé vendredi une prise d'otage dans un hôtel de Bamako. L'attaque a été revendiquée par le groupe terroriste Al-Mourabitoune, qui a indiqué avoir agi en collaboration avec Al Qaïda.

  • Six Russes ont été tués dans l'attaque de Bamako, a indiqué samedi la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Maria Zakharova.

  • Trois personnes suspectées d'avoir participé à l'attaque sont toujours «activement recherchées», a indiqué une source de sécurité malienne à l'agence de presse française AFP.

  • La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré ce matin que plusieurs russes figuraient parmi les victimes de l'attentat contre l'hôtel Radisson Blu à Bamako. «Dès que le ministère russe des Affaires étrangères aura reçu la confirmation de l'information portant sur le nombre et les noms des victimes, une déclaration officielle sera faite», a-t-elle précisé.

  • Suite à la terrible attaque du Radisson, le gouvernement du Mali a annoncé un deuil national de trois jours et l'état d'urgence pour 10 jours.

  • Les trois assaillants ont été tués lors de l'opération des forces de sécurité malaisienne. Leur nationalité reste inconnue.

  • La Maison Blanche a condamné vendredi avec «la plus grande force» l'«attaque terroriste» contre l'hôtel Radisson Blu de Bamako, une prise d'otages revendiquée par un groupe djihadiste proche d'Al-Qaïda qui a fait au moins 27 morts.

    «Nous pouvons confirmer que l'attaque a pris fin et nous poursuivons notre coordination avec des responsables américains sur le terrain pour vérifier l'endroit où se trouvent tous les Américains au Mali», a indiqué dans un communiqué un porte-parole de la présidence américaine. 

  • L'ambassadeur américain au Mali Paul Folmsbee, se trouvait dans l'hôtel Radisson de Bamako au moment de l'attaque et a été sauvé, selon le départment d'Etat cité par RIA Novosti 

    Environ 10 américains de la mission diplomatique étaient dans le bâtiment, selon les mêmes sources.

  • Le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar, chef du groupe djihadiste Al-Mourabitoune est «sans doute à l'origine de l'attaque» contre l'hôtel Radisson de Bamako, selon le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian.

    «Il est recherché par de nombreux pays depuis longtemps, il est sans doute à l'origine de cet attentat, encore qu'on n'en est pas tout à fait certain», a dit le ministre sur la chaîne TF1. 

  • Le groupe armé djihadiste Al-Mourabitoune a annoncé avoir une responsabilité partielle, au côté d’Al-Qaïda et de l’Etat islamique (Daesh), concernant l’attaque sur la capitale malienne, a rapporté l’agence Reuters en citant des médias mauritaniens.

    Al-Mourabitoune, est un groupe sahélien né en 2013 et dirigé par le militant algérien Mokhtar Belmokhtar, qui aurait été abattu par une frappe aérienne américaine en juin 2015. Le groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique a plus tard démenti les informations rapportant sa mort.

  • Le secrétaire général de l'ONU Ban ki Moon a condamné «l'attaque terroriste odieuse» sur l'hôtel Radisson de Bamako. 

«Ca se passe au septième étage, des djihadistes sont en train de tirer dans le couloir», a déclaré une source sécuritaire à l'agence de presse française AFP ce vendredi 20 novembre au matin. Les forces de l'ordre ont établi un périmètre de sécurité dans cet hôtel prestigieux du centre de la capitale du Mali.

Le journal d'actualité africaine Jeune Afrique indique qu'il y aurait des victimes parmi les gardiens, les employés et les clients de l'hôtel, qui compte quelques 190 chambres.

Une attaque assez similaire avait eu lieu au mois d’août, lorsqu’un homme armé, apparemment un djihadiste, avait tué 13 personnes (dont cinq employés de l’ONU) dans une prise d’otage dans la ville de Sevare, au centre du Mali.

Après un coup d’état en 2012, des extrémistes islamistes avaient pris le contrôle du nord du Mali, puis avaient été délogés de certains territoires suite à l’intervention militaire menée par la France en 2013. Toutefois, le pays fait toujours face à l’insécurité et à diverses attaques djihadistes.

Environ un millier de militaires français sont toujours dans le pays.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales