Un gang de trafiquants de bombes mis au jour à Moscou, un important lot d’explosifs saisi

Un groupe criminel qui s’occupait du commerce d’armes et d’explosifs à grande échelle, ainsi que de la production artisanale de bombes, a été démantelé à Moscou. Trois enquêtes pénales ont été ouvertes suite à l’opération policière.

Une cache a été découverte, dans laquelle ont été confisqués par la police huit kilogrammes de TNT, 30 grenades, des mines antipersonnel, des mines anti-mortier, une bombe aérienne, 15 obus d’artillerie, 40 détonateurs électriques, 55 armes de poing, près de 10 000 munitions et une importante quantité de poudre.

Le gang de malfaiteurs a été neutralisé par une opération conjointe de la police moscovite et des Forces fédérales russes de sécurité (FSB).

Le principal lot d’explosifs a été découvert dans le garage d’un des suspects. Lors d’une perquisition sur les lieux, une bombe artisanale prête à exploser a été retrouvée par les policiers. Elle a été détruite sur place.

Le groupe possédait également trois fusils, une mitrailleuse, deux revolvers, un fusil de chasse à canon scié et plusieurs baïonnettes.

En savoir plus : un rapport fustige le contrôle «chaotique et inadéquat» des armes à feu par la police britannique

Les criminels seraient des «pilleurs de reliques», qui excavent illégalement des champs de batailles de la deuxième guerre mondiale, dans l’espoir de retrouver des médailles et autres objets de collection, de même que de vieilles armes pouvant être restaurées.

La police a également découvert 17 tubes de substance psychoactive Taren (Aprophène), un médicament antitoxine qui complétait les trousses de premiers soins de l’époque soviétique.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales