La Turquie alliée de Daesh ? Un parlement britannique accuse le ministre des Affaires étrangères

© Reuters photographer Source: Reuters

Quelques heures après qu’un avion russe ait été abattu à la frontière syrienne par la Turquie, la question du rôle de celle-ci dans la lutte contre Daesh a été mise en cause par un membre du parti travailliste dans une session parlementaire.

Dennis Skinner a accusé le ministre des Affaires étrangères, Philip Hammond, de mener une politique en Syrie qui est un «désordre sans nom». Il a mis en cause la Turquie, qui selon lui, achète le «pétrole de l’Etat islamique», de soutenir Daesh et de s’en prendre à ceux qui combattent le groupe terroriste, comme la Russie ou les Kurdes. Il a donc mis en cause qu’il s’agisse d’un allié «fiable» de la Grande-Bretagne dans la lutte contre le terrorisme.

En savoir plus : Les déclarations fortes de Vladimir Poutine à propos de la Turquie qui a abattu un Su-24 russe

Accusant Skinner d’être un «apologiste des actions de la Russie», Hammond a rétorqué qu’«elle restera un partenaire très important pour ce pays et pour l’Union européenne», étant donné qu’«elle détient les clés d’un certain nombre de questions très importantes, à la fois en relation avec la lutte contre Daesh, mais aussi en relation avec la crise migratoire à laquelle l’Europe fait face».

Aller plus loin : Syrie : la politique étrangère britannique face à ses contradictions

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales