En manque de reconnaissance, un agent du BND préférait espionner pour la CIA

Markus Reichel à son procès pour espionnage à Munich © Pool Source: Reuters
Markus Reichel à son procès pour espionnage à Munich

Un Allemand suspecté d’être un agent triple, est poursuivi pour trahison et a admis lundi espionner pour le compte de la CIA, expliquant à la cour l’avoir fait car il n’était pas satisfait de son emploi dans les services allemands.

Un Allemand, suspecté d’être un agent triple, poursuivit pour trahison a admis lundi espionner pour le compte de la CIA, expliquant à la cour l’avoir fait car il n’était pas satisfait de son emploi dans les services allemands.

«Personne ne me faisait confiance au Service de Renseignement Fédéral (BND), à la CIA, c’était différent», a déclaré Markus Reichel au tribunal de Munich au début de son procès. Le dossier de Reichel a émergé en plein scandale des révélations du lanceur d’alerte Edward Snowden, qui avait aussi plongé le BND dans une crise sans précédent.

Lire aussi : Un Allemand sur trois se sent floué par Angela Merkel dans le scandale de la NSA

En sus des accusations portant sur l’envoi de «quantité de documents et d’informations internes» à l’agence de renseignement américaine, les procureurs ont aussi affirmé que Reichel avait fourni trois documents aux services secrets russes du consulat de Munich.

Assis sur le banc, l’homme de 32 ans ne ressemble pas à un agent secret. Partiellement handicapé après un vaccin raté durant l’enfance, Reichel, qui a grandi en Allemagne de l’Est communiste, parlait avec hésitation. Après avoir terminé ses études dans une école spécialisée pour handicapés en 2004, il n’a pas trouvé d’emploi jusqu’à ce qu’en 2007, le BND lui offre un travail dans son centre de courrier. Payé 1 200 euros net par mois, Reichel avait le salaire le plus bas du BND.

Lire aussi : L’Allemagne aurait espionné la France et les USA pour son propre compte

Mais la CIA ne payait pas beaucoup plus, a-t-il confié à la cour, expliquant qu’il recevait entre 10 000 et 20 000 euros chaque année en liquide lors d’un rendez-vous secret en Autriche. En tout, il a obtenu 95 000 euros en échange de documents, dont des noms et adresses d’agents du BND. Mais ce qu’il a surtout reçu de la CIA, c’est de la reconnaissance. «Je vous mentirais si je disais que je n’aimais pas cela», a-t-il déclaré à la cour.

Reichel a continué de travailler pour le BND jusqu’à son arrestation le 2 juillet 2014, date de son arrestation. Reconnu coupable, il pourrait être condamné jusqu’à 15 ans de prison.

Lire aussi : Le renseignement allemand espionne la France pour le compte de la NSA

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales