Une figure du «Convoi de la liberté» canadien renonce à manifester, craignant des poursuites

- Avec AFP

Cliché pris à Ottawa, le 15 février 2022 (image d'illustration).© SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA Source: AFP
Cliché pris à Ottawa, le 15 février 2022 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

James Bauder, une des figures du «Convoi de la liberté», a expliqué qu'il renonçait à fêter le premier anniversaire du mouvement, craignant des poursuites pour les participants et ne pouvant, selon lui, pas «garantir la sécurité publique».

Un camionneur canadien, figure du mouvement de protestation qui avait secoué le pays en février, a annoncé le 2 janvier renoncer à organiser une nouvelle manifestation pour fêter le premier anniversaire des blocages. James Bauder, fondateur de Canada Unity, l'un des groupes à l'origine de l'occupation pendant plusieurs semaines du centre d'Ottawa l'hiver dernier, a expliqué dans un communiqué qu'il ne pouvait pas «garantir la sécurité publique» et qu'il craignait des poursuites pour les participants.

Ce mouvement, débuté par des chauffeurs routiers mobilisés contre des restrictions sanitaires contre le Covid-19, avait marqué un pays peu habitué à de tels mouvements sociaux. Leur évacuation de force, permise par un recours du Premier ministre Justin Trudeau à une loi spéciale, avait soulevé un important débat sur les libertés publiques au Canada.

James Bauder avait récemment fait part de son intention d'organiser une nouvelle manifestation pour fêter le premier anniversaire, et avait annoncé la semaine passée déplacer ce nouvel événement à Winnipeg, dans le centre du pays.

Des habitants – se souvenant de ce blocage de longue durée dans le centre de la capitale fédérale – et des personnalités politiques s'étaient inquiétés de cet appel.

La police, dépassée en 2022, avait prévenu qu'elle interdirait de manifester avec un véhicule dans les rues d'Ottawa. Et la province de la capitale, l'Ontario, a passé en avril une loi qui permet de punir d'une forte amende, voire d'un an de prison, le blocage d'infrastructures.

James Bauder faisait partie des quelque 200 personnes arrêtées lors de l'évacuation, et a été poursuivi par la justice. Son renoncement ne met pas tout le monde d'accord, certains ayant exprimé leur intention de manifester malgré tout.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par ANO « TV-Novosti » de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service). En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services. Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix». Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix». Réseaux sociaux Désactiver cette option empêchera les réseaux sociaux de suivre votre navigation sur notre site et ne permettra pas de laisser des commentaires.

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix