Twitter face au Covid : révélations sur les pressions politiques durant la pandémie

Twitter face au Covid : révélations sur les pressions politiques durant la pandémie© Pedro PARDO / AFP
Image d'illustration.
Suivez RT France surTelegram

Un nouveau volet des Twitter files a été publié. Vaccination, avis d'experts : la Maison Blanche a fait pression pour influencer la modération pendant le Covid. Les biais idéologiques des dirigeants du réseau se seraient aussi avérés déterminants.

Le réseau de l'oiseau bleu «a truqué le débat du Covid». Dans une nouvelle série de révélations publiées le 26 décembre, Elon Musk a encore voulu montrer comment la modération du réseau social a été dénaturée à des fins politiques, cette fois durant la pandémie. 

Diffusée par l'auteur et journaliste du media The Free Press David Zweig, la nouvelle bordée d'informations dénonce ainsi la triple manipulation du réseau: «censurant de l'information vraie mais qui gênait la politique du gouvernement américain», mais aussi «discréditant des docteurs et autres experts en désaccord», et enfin «supprimant des utilisateurs ordinaires, y compris certains qui avaient pourtant partagé les données mêmes des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC)».

Tout commence selon Zweig par les pressions effectuées par l'administration Trump (en l'occurrence par le responsable du numérique à la Maison Blanche Michael Kratsios) sur les entreprises de la tech pour «combattre la désinformation» au début de la pandémie. L'administration Trump aurait ainsi poussé plusieurs entreprises, dont Twitter, Google, Facebook et Microsoft à endiguer les «informations erronées» à propos des ruées dans les supermarchés. Le conseiller aurait tenté là d'enrayer la panique... alors même que cette information était factuelle. 

Tout semble ensuite s'accélérer avec l'administration Biden, arrivée aux affaires en janvier 2021. L'une de leurs premières demandes de réunion avec les dirigeants de Twitter aurait ainsi porté sur le Covid. Le nouveau gouvernement se serait, selon le journaliste, concentré sur les vaccins et des «comptes antivax» très suivis, notamment celui du romancier et journaliste Alex Berenson, qui sera suspendu définitivement par le réseau social en août 2021.

La Maison Blanche colérique

Les équipes démocrates auraient accusé les réseaux de «tuer des gens» par leur passivité, en laissant circuler la désinformation à propos des vaccins. David Zweig concède ainsi que c'est avant tout l'exécutif qui s'avérait «insatisfait» et «très en colère» devant le manque de réactivité des équipes Twitter qui, elles, n'auraient «pas totalement capitulé», «débattant de cas de modération en détail», «avec plus d'égard pour la liberté d'expression que le gouvernement».

Reste que Twitter «a bel et bien supprimé les opinions - dont celles de nombreux docteurs et experts scientifiques - qui s'opposaient aux positions officielles de la Maison Blanche», constate Zweig, avant de poursuivre : «Des résultats légitimes et des questions qui auraient élargi le débat public manquèrent ainsi». 

Des bots et des sous-traitants aux Philippines 

En tête des travers de la plateforme : la modération de sujets médicaux complexes, effectuée massivement par l'Intelligence artificielle, «impressionnante par sa conception», mais encore «trop grossière pour un travail exigeant une telle nuance», et par des sous-traitants, basés notamment aux Philippines, seulement guidés par des arbres de décisions préparés par les équipes de Twitter.

David Zweig pointe aussi la subjectivité des critères de modération, décidés arbitrairement par les dirigeants de la plateforme, elle aussi empreinte «de biais individuels et collectifs», penchant en l'occurrence «lourdement vers les dogmes de l'establishment». 

Des biais qui auraient inévitablement conduit à qualifier le contenu «dissident mais pourtant légitime» de désinformation, par exemple sur la vaccination des jeunes ou des personnes ayant déjà été malades - une opinion pourtant conforme aux réglementations sanitaires de nombreux autres pays, qui vaudra à un tweet du Professeur de l'école médicale de Harvard Martin Kulldorff d'être étiqueté de «trompeur».

Un cas parmi d'innombrables autres, insiste Zweig. Comme les tweets de scientifiques relayant des études tout aussi scientifiques sur les arrêts cardiaques et les myocardites post-vaccinales, signalées à la fois par des robots et des membres de Twitter, attestant selon l'enquêteur des biais algorithmiques et humains de la plateforme.  

Twitter assumait son rôle politico-sanitaire

Les réponses des services de Twitter aux contestations de leurs décisions de censure exprimaient d'ailleurs en toute transparence leurs objectifs : «Nous prioriserons l'étude et l'étiquetage de contenu qui pourraient conduire à une plus grande exposition ou transmission [du virus]». Y compris relativiser le danger du Covid, ou alerter sur celui des vaccins, souligne le journaliste, au point par exemple de s'interroger sur le danger d'un tweet de Donald Trump, où le Président atteint du virus déclarait «N'ayez pas peur». 

Et Zweig de conclure en se demandant comment la pandémie se serait déroulée si le débat avait été plus ouvert. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix