L'ancien directeur de Roscosmos blessé lors d'une frappe ukrainienne sur Donetsk

L'ancien directeur de Roscosmos blessé lors d'une frappe ukrainienne sur Donetsk© Mikhail KLIMENTYEV/Sputnik Source: AFP
Dmitri Rogozine en avril 2022 (image d'illustration).
Suivez RT en français surTelegram

Dmitri Rogozine, qui a quitté la tête de l'agence spatiale russe mi-juillet, a été hospitalisé après avoir reçu un éclat d'obus lors d'un bombardement des forces armées ukrainiennes sur un hôtel à Donetsk. Sa vie ne serait pas en danger.

L'ancien directeur de l'agence spatiale russe Roscosmos Dmitri Rogozine, désormais à la tête d'un groupe de conseillers militaires opérant auprès des autorités locales de la République populaire de Donetsk (RPD, rattachée à la Russie depuis fin septembre), a été blessé lors d'une frappe ukrainienne sur Donetsk. Celle-ci a visé l'hôtel dans lequel il se trouvait, dans la soirée du 21 décembre.

Il a précisé à RT avoir été blessé «dans le dos» par un éclat d'obus, qui serait «passé à un centimètre» de sa colonne vertébrale, rendant nécessaire une opération. L'ancien patron de Roscosmos a expliqué que d'autres personnes présentes à ses côtés lors d'une réunion de travail, avaient été blessées. La chaîne publique russe Rossia 24 a de son côté fait savoir qu'il célébrait son 59e anniversaire en compagnie d'invités et de musiciens dans cet hôtel de la ville traversée par le fleuve Kalmious.

Dmitri Rogozine a été hospitalisé et ses jours ne seraient pas en danger. Plus tôt dans la journée, il avait déclaré avoir essuyé des tirs des troupes ukrainiennes alors qu'il se trouvait à bord d'une voiture se dirigeant dans la direction d’Ougledar, au sud-ouest de Donetsk.

Rogozine évoque une frappe ciblée

Dans un message sur Telegram, Dmitri Rogozine a estimé que les tirs effectués sur l'hôtel étaient des «frappes de haute précision», soulignant que l'établissement en question n'avait jamais été bombardé par Kiev en l'espace de huit ans. «Il semble que quelqu'un ait divulgué l’information [sur sa localisation]», a-t-il ajouté.

Contacté par l'agence TASS, son assistant a pour sa part indiqué que les tirs pourraient avoir été effectués, aux dires des spécialistes, au moyen d'un canon Caesar, l'un des armements fournis à l'Ukraine par la France qui emploie des obus de 155 mm.

Selon le bilan fourni par TASS, deux personnes ont perdu la vie et plusieurs autres ont été blessées dans cette frappe ukrainienne, dont le Premier ministre de la RPD Vitaly Khotsenko, sans que la vie de ce dernier ne soit en danger.

Réagissant à cette nouvelle le 22 décembre lors d'une conférence de presse, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov a déclaré : «Nous présentons tout d’abord nos condoléances aux familles et amis des personnes tuées et souhaitons un prompt rétablissement aux blessés.» «En tout état de cause, séjourner dans certaines zones de la RPD, de la RPL [République populaire de Lougansk] et d’autres territoires est malheureusement toujours dangereux et comporte de grands risques, y compris des risques pour la vie. Toutefois, cela ne signifie pas que ces conditions doivent empêcher les fonctionnaires d’exercer leurs fonctions et les personnes qui répondent à l’appel de leur cœur d’accomplir leur mission», a-t-il ajouté.

Le 20 décembre, le président russe Vladimir Poutine et le dirigeant par intérim de la RPD, Denis Pouchiline, ont évoqué pendant un entretien ces bombardements, répétés ces dernières semaines et particulièrement nourris le 15 décembre. Selon Denis Pouchiline, ces tirs ciblent exclusivement la population civile, ce que le chef d'Etat russe a condamné en dénonçant dans le même temps le silence des médias étrangers et des organisations de défense des droits de l'homme sur ce sujet.

Raconter l'actualité

Suivez RT en français surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par ANO « TV-Novosti » de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service). En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services. Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix». Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix». Réseaux sociaux Désactiver cette option empêchera les réseaux sociaux de suivre votre navigation sur notre site et ne permettra pas de laisser des commentaires.

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix