Julian Assange interdit de s'exprimer devant le Parlement européen par la prison de Belmarsh

Julian Assange interdit de s'exprimer devant le Parlement européen par la prison de Belmarsh© AP Photo/Alastair Grant
Image d'illustration.
Suivez RT France surTelegram

A la demande d'eurodéputés, Assange devait s'exprimer par visio-conférence devant le Parlement européen pour la remise du prix Sakharov, dont il est finaliste. Mais les autorités pénitentiaires de la prison britannique de Belmarsh l'en ont empêché.

Ce 13 décembre, le journaliste et fondateur de WikiLeaks Julian Assange, toujours emprisonné en Grande-Bretagne, devait s'exprimer devant les parlementaires européens à Strasbourg, en visioconférence depuis sa cellule, en sa qualité de finaliste du prix Sakharov.

Mais les autorités pénitentiaires l'en ont finalement empêché, comme l'a expliqué son épouse Stella Morris lors d'une conférence de presse. «Je me sens coupable, parce que c'est Julian qui devrait se tenir ici devant vous, et pas moi. [...] Il y a eu plusieurs demandes à la prison de Belmarsh pour que Julian participe par visio-conférence. C'était important pour les hommes politiques ici au Parlement d'entendre de Julian sa situation», a-t-elle expliqué, estimant qu'il n'existait aucune raison formelle qui justifie cette interdiction.

«Il ne purge pas une peine de prison, [les autorités] l'empêchent simplement de vous voir. C'est ça la réalité, quelles que soient les excuses administratives qui sont données», a-t-elle ainsi accusé.

«Il ne peut pas s'exprimer librement, même quand des membres du Parlement ou des groupes politiques demandent formellement à ce qu'il soit présent par vidéo», a encore regretté Stella Morris, rappelant que les Nations unies considèrent Julian Assange comme victime d'une persécution politique, et que son cas représente une menace pour la liberté de la presse mondiale.

«Il y a un consensus, parmi tous les défenseurs des droits de l'homme et de la liberté de la presse que cette affaire est un affront au principe le plus basique d'une société libre et ouverte», à savoir une presse «où l'on peut montrer les méfaits au plus haut niveau», a-t-elle ajouté.

Assange finaliste du prix Sakharov

«Défendre Julian, défendre sa liberté, demander à ce qu'il soit libéré, signifierait simplement aligner la position de l'Union européenne à la charte des droits fondamentaux», a conclu Stella Morris, appelant l'Union européenne à se positionner clairement sur cette affaire.

La remise du prix Sakharov (remis au peuple ukrainien, mais dont il est l'un des finalistes) devait permettre la première prise de parole publique de Julian Assange depuis son incarcération en 2019 à la prison de haute sécurité de Belmarsh, dans la capitale anglaise.

Le journaliste, qui a passé sept années enfermé à l’ambassade d’Equateur à Londres avant d'être arrêté, risque 175 ans de prison aux Etats-Unis qui réclament son extradition. Julian Assange s'était fait connaître en diffusant sur WikiLeaks plus de 700 000 documents confidentiels sur les activités militaires et diplomatiques américaines, notamment en Irak et en Afghanistan, impliquant des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix