Arabie saoudite : le «Davos du désert» s'apprête à faire le plein

Arabie saoudite : le «Davos du désert» s'apprête à faire le plein© AFP PHOTO / SAUDI ROYAL PALACE / BANDAR AL-JALOUD
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, au côté de son homologue du Bahreïn Salman ben Hamad Al Khalifa, lors du Future Investment Initiative le 26 octobre 2021 (photo d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Grands patrons et délégations des quatre coins du monde sont attendus à Riyad, à l’occasion de la sixième édition de la Future Investment Initiative. Malgré les tensions avec l’administration Biden, ce forum «à la Davos» s’annonce comme un succès.

Le «Davos du désert» semble avoir le vent en poupe. Six mille participants sont attendus à Riyad du 25 au 27 octobre pour la Future Investment Initiative (FII), organisée sous le thème «Investir dans l'humanité : permettre un nouvel ordre mondial». 

Lancée en 2017 par le prince héritier Mohammed ben Salmane, cette plateforme se veut le pendant moyen-oriental du célèbre forum économique organisé en Suisse. Par rapport aux précédentes, cette sixième édition de la FII comptera notamment 200 intervenants supplémentaires, pour un total de 500.

Aux yeux de son président, Richard Attias, lui-même ancien organisateur du forum de Davos, cela montre que l'Arabie saoudite est «en train de devenir un centre mondial». Lors d’une conférence de presse à Riyad, le célèbre publicitaire a précisé qu’une «énorme délégation chinoise» comprenant plus de 80 PDG était attendue. De nombreux chefs d'entreprise de pays d'Amérique du Sud figurent également parmi les participants.

On semble loin de «l’Etat paria» promis par Joe Biden suite au meurtre de Jamal Khashoggi au consulat saoudien d'Istanbul en octobre 2018. Dans l’ensemble, le boycott du forum par les Occidentaux n’aura duré qu’un an. Malgré ses critiques, le président américain a d’ailleurs lui-même fini par se rendre à Riyad cet été.

Sur fond de crise énergétique, Mohammed ben Salmane a également vu défiler à sa porte, au cours de cette année, l'ex-Premier ministre britannique Boris Johnson ou encore le chancelier allemand Olaf Scholz. Le président français Emmanuel Macron a pour sa part reçu le dirigeant saoudien en juillet dernier.

L’Arabie Saoudite critiquée… mais surtout courtisée

Autant de visites et d'invitations de chefs d’Etat et de gouvernement qui, aux yeux de grands patrons, font office de blanc-seing pour faire affaire avec le royaume wahhabite. Ainsi, si cette année aucun responsable politique américain n'a été invité, du fait des relations tendues entre Washington et Riyad, au moins 400 PDG américains sont attendus au forum.

«Nous n'ignorons pas les problèmes qui se posent dans le monde. Mais ce n'est pas en boycottant une plateforme quelle qu'elle soit que vous résoudrez un problème», fait quant à lui valoir Richard Attias. «Nous n'invitons pas trop de politiciens» car leur présence détourne l'attention des médias et «nous ne voulons pas que le FII devienne une plateforme politique», avait-il confié à l'AFP plus tôt cette semaine.

Depuis le début du mois d'octobre, le ton est monté entre les Etats-Unis et son allié historique dans le Golfe. Face à des marchés pétroliers baissiers, les 23 pays de l’OPEP+ avaient en effet acté une diminution de leur production d’or noir. Une décision «purement économique», selon Riyad, rejetant l'accusation d'un alignement sur Moscou de la Maison Blanche. Cette dernière avait, dans une volonté d’affaiblir l’économie russe ainsi que d’alléger la facture énergétique des Américains à la veille d’élections législatives, demandé à l’Arabie saoudite de pousser le cartel pétrolier à rehausser sa production.

Maxime Perrotin

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix