Les autorités russes annoncent l'évacuation de milliers de civils à Kherson

Les autorités russes annoncent l'évacuation de milliers de civils à Kherson Source: AP
Des soldats russes à Kherson, en mai 2022 (illustration).
Suivez RT France surTelegram

Evoquant une situation «tendue» sur le terrain, le commandant des forces russes en Ukraine Sergueï Sourovikine et le chef de l'administration de Kherson Vladimir Saldo ont fait savoir que les civils allaient être mis à l'abri des combats.

L'armée russe s'apprête à évacuer la population de la ville de Kherson, face à une situation «tendue» où «l'ennemi n'abandonne pas ses tentatives d'attaques sur les positions des troupes russes», a annoncé le général Sergueï Sourovikine, récemment nommé à la tête des forces russes dans les territoires concernés par «l'opération militaire spéciale» en Ukraine. 

«L'armée russe va assurer avant tout l'évacuation sécurisée de la population», a-t-il déclaré à la télévision publique Rossia-24 le 18 octobre, précisant que «les actions ultérieures concernant la ville de Kherson elle-même vont dépendre de la situation militaire». Selon le général russe, la mesure répond à «la nécessité de préserver le maximum de vies de la population civile et des militaires russes». «Nous n'excluons pas une prise de décision très difficile», a-t-il ajouté, sans autre précision.

«La situation dans la zone de l'opération militaire spéciale peut être qualifiée de tendue», a-t-il par ailleurs reconnu. «L'ennemi n'abandonne pas ses tentatives d'attaques sur les positions des troupes russes», a-t-il poursuivi, soulignant que l’armée ukrainienne réunissait «toutes ses réserves» en vue de la contre-offensive.

Menace directe pour la vie des habitants

Le général russe a aussi évoqué des frappes ukrainiennes visant «les infrastructures sociales, économiques et industrielles» dans la région. Parmi les sites endommagés par les frappes figurent notamment le barrage de la centrale électrique de Kakhovka, dont la destruction pourrait provoquer une gigantesque inondation.

Le pont Antonovski, qui relie les rives nord et sud du fleuve Dniepr, a également été endommagé d’après général russe. Ces frappes entraînent des perturbations de l'approvisionnement en électricité, en eau et en nourriture de Kherson, a-t-il précisé, en dénonçant une «menace directe pour la vie des habitants».

50 000 à 60 000 personnes devraient être évacuées

«Nous avons pris la seule décision qui puisse réduire les risques pour les civils», a pour sa part déclaré le chef de l'administration de la région de Kherson Vladimir Saldo, confirmant l'urgence de la menace pour la population. Dans le détail, les autorités organisent donc «le déplacement et le départ volontaires des habitants des districts de Berislav, Beloziorskoïe, Alexandrovsk et Sniguiriovka».

 «Il est prévu d'évacuer de 50 000 à 60 000 personnes vers la rive gauche du Dniepr», a précisé Vladimir Saldo sur Telegram. A raison de 10 000 personnes par jour, l'opération devrait prendre six jours, selon le responsable. Lesdits habitants ont la possibilité de s'installer «plus loin dans le territoire de la Russie» s'ils le souhaitent, le vice-Premier ministre de la Fédération de Russie Marat Khousnoulline ayant assuré que des certificats de logement leur seraient délivrés.

«Il est nécessaire de [...] permettre aux militaires de faire leur travail correctement et avec moins de pertes pour les civils», a ajouté Vladimir Saldo à propos de cette évacuation, tout en se disant confiant dans la capacité des forces russes à «repousser toute attaque». Selon l'agence RIA Novosti, la population a reçu des SMS l'incitant à évacuer avant que ne surviennent «des bombardements de l'armée ukrainienne», des évacuations par bateau, à travers le fleuve, auraient déjà commencé ce 19 octobre.

L'Ukraine accuse la Russie de préparer une «déportation massive»

Du côté ukrainien, le secrétaire du Conseil national de sécurité et de défense, Oleksiy Danilov, a dénoncé ce qu'il considère être «la préparation de la déportation massive de la population ukrainienne» vers la Russie, «afin de modifier la composition ethnique des territoires occupés». «Un crime qui devrait être condamné par les Nations unies et qui a déjà été commis en Crimée», a-t-il ajouté, en référence à la péninsule rattachée en 2014 à la Russie à l'issue d'un référendum non reconnu par Kiev ni ses alliés. 

La veille, le 18 octobre, la Défense russe avait indiqué avoir procédé à de nouvelles frappes visant «le commandement militaire et les systèmes énergétiques de l'Ukraine», assurant que «toutes les cibles [avaient] été touchées».  Selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky, les frappes russes répétées auraient abouti à la destruction de «30% des centrales électriques» du pays depuis le 10 octobre, provoquant des pannes massives à l'approche de l'hiver. «La situation est maintenant critique», a ajouté un conseiller de la présidence ukrainienne, en demandant à la population de se préparer à de possibles «pannes d'électricité, d'eau et de chauffage».

Alors que l'«opération militaire spéciale» russe débutée le 24 février entre dans son huitième mois, une contre-offensive de l'armée ukrainienne a permis à Kiev de reprendre une partie de la région de Kharkov en septembre. Les troupes russes ont par ailleurs récemment perdu du terrain dans la région de Kherson et ont mené de rudes combats autour de Lyman. Dans ce contexte récent d'avancée des troupes ukrainiennes, le Kremlin a affirmé que les quatre territoires nouvellement rattachés à la Russie à l'issue de référendums – contestés par les Occidentaux et Kiev – resteront «russes pour toujours». L'Ukraine a de son côté salué l'appui militaire continu apporté par les Etats-Unis à son armée.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix