David Cameron sur le Brexit : «la décision la plus importante de notre existence»

David Cameron sur le Brexit : «la décision la plus importante de notre existence» Source: Reuters
David Cameron

Le Premier ministre britannique a indiqué dans un discours que le référendum qui décidera de la sortie de l'Union européenne pourrait avoir lieu dès juin 2016.

Le discours tant attendu du Premier ministre a détaillé les conditions qu'il entend poser au maintien de son pays au sein de l'Union européenne. D'ores et déjà, il a annoncé vouloir faire campagne pour un référendum qui pourra avoir lieu en juin 2016 : «Le choix n'est pas entre être une voix marginalisée au sein de l'UE et l'isolement en dehors. Nous pouvons changer l'UE de l'intérieur», a-t-il martelé. 

David Cameron a posé un certains nombres de conditions : «Le Royaume-Uni ne veut pas d'une union toujours plus étroite», ajoutant désirer «qu'un groupe de Parlements nationaux puisse opposer son veto à une décision européenne». Pour lui, «si un grand pays de l'UE a des préoccupations nous pensons fermement qu'il faut qu'elles soient entendues».

Selon lui, toute la question se résume au mot «flexibilité» : «l'UE est-elle assez flexible ? Là est la question». Le Premier ministre, qui dit avoir une approche «pratique et non émotionnelle», a estimé ainsi que «l'Europe est une question de sécurité nationale».

Plus largement, il a estimé qu'il y avait actuellement «deux types de membres de l'UE, la zone euro et le reste. Les seconds ne doivent pas être discriminés ou payer pour les premiers».

David Cameron sur le Brexit : «la décision la plus importante de notre existence» Source: RT

David Cameron a également confirmé qu'il compte revenir sur le Human Rights act qui intègre la convention européenne des droits de l'Homme au droit britannique. Il a également estimé qu'en ce qui concerne l'immigration, «la pression est actuellement trop forte».

Enfin il a insisté sur le caractère définitif du référendum annoncé : «Le choix que vous ferez au référendum sera une décision finale. Pas de retour en arrière possible». Mais il a conclu en précisant : «cette négociation avec l'UE n'est pas une mission impossible : "The prize will be a big one"».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter