Journaliste palestinienne tuée : Washington reste sourd aux appels à une enquête indépendante

- Avec AFP

Journaliste palestinienne tuée : Washington reste sourd aux appels à une enquête indépendante© Menahem KAHANA / AFP
Des manifestants demandent «justice» pour la mort par arme à feu de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh, lors d'un rassemblement à Jérusalem-Est, le 15 juillet 2022 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

La famille de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh, tuée en mai dernier, a pressé le chef de la diplomatie américaine de faire rendre des comptes à Israël, mais celui-ci est resté sourd aux appels à une enquête indépendante.

Les proches de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh, tuée alors qu'elle couvrait une opération militaire israélienne en Cisjordanie occupée en mai dernier, se sont rendus le 26 juillet à Washington à l'invitation du chef de la diplomatie américaine Antony Blinken après avoir tenté, sans succès, de rencontrer le président Joe Biden lors de sa récente visite en Israël et dans les Territoires palestiniens occupés. Les proches de Shireen Abu Akleh doivent aussi rencontrer des élus du Congrès qui ont appelé à une enquête du FBI.

«Nous continuons à demander des comptes et à réclamer justice pour Shireen», a déclaré à l'AFP la nièce de la journaliste, Lina Abu Akleh, à sa sortie du département d'Etat après un entretien de près d'une heure avec Antony Blinken. «Si personne n'est tenu responsable du meurtre de Shireen, c'est une sorte de feu vert donné à d'autres gouvernements pour tuer des citoyens américains», a ajouté la jeune femme de 27 ans, notamment accompagnée du frère de la journaliste, Tony Abu Akleh. Lina Abu Akleh a indiqué que le secrétaire d'Etat américain avait compris les inquiétudes de la famille et promis «d'établir un meilleur canal de communication». Mais il «n'a pris aucun engagement» sur les appels de la famille à lancer une enquête américaine indépendante sur les circonstances de la mort de la reporter, selon la même source.

Star de la chaîne panarabe Al Jazeera, Shireen Abu Akleh était équipée d'un gilet pare-balles avec la mention «presse» et d'un casque de reportage lorsqu'elle a été tuée d'une balle dans la tête le 11 mai à Jénine. Aucun combattant palestinien n'était à proximité de la reporter, et des soldats israéliens étaient, eux, postés à environ 200 mètres.

Le 4 juillet, les Etats-Unis avaient conclu dans un communiqué qu'elle avait «vraisemblablement» été tuée par un tir provenant d'une position israélienne, sans avoir de raison de croire que sa mort ait été intentionnelle. La famille avait critiqué ce communiqué.

Israël dément avoir pris délibérément pour cible la journaliste 

Après la rencontre avec des proches, Antony Blinken a tweeté que le «journalisme courageux» de Shireen Abu Akleh «lui avait valu le respect des téléspectateurs du monde entier». «J'ai présenté mes plus profondes condoléances et mon engagement à faire en sorte que des comptes soient rendus pour son meurtre tragique», a-t-il ajouté.

Interrogé plus tôt le 26 juillet sur la possibilité d'une nouvelle enquête américaine, le porte-parole du département d'Etat, Ned Price, s'était toutefois contenté d'invoquer le communiqué du 4 juillet. «Nous pensons que la publication de ces conclusions démontre notre engagement envers une enquête crédible, une enquête approfondie et, surtout, une enquête qui établit des responsabilités», avait-il déclaré à la presse. L'armée israélienne dispose de «procédures pour éviter les victimes civiles» et «pour s'assurer que cela ne se reproduise pas», a-t-il ajouté.

Israël a toujours démenti que la journaliste d'Al Jazeera ait été prise délibérément pour cible. L'armée israélienne avait dans un premier temps évoqué l'hypothèse qu'un homme armé palestinien soit à l'origine du tir, avant de se rétracter.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix