«Menaces sociales» : les candidats réagissent au seul meeting de Macron avant la présidentielle 2022

Des soutiens d'Emmanuel Macron lors de son premier meeting de campagne, à l'arène de Paris La Défense, à Nanterre, le 2 avril 2022.© Thomas COEX Source: AFP
Des soutiens d'Emmanuel Macron lors de son premier meeting de campagne, à l'arène de Paris La Défense, à Nanterre, le 2 avril 2022.
Suivez RT France surTelegram

Emmanuel Macron a tenu son seul meeting de campagne le 2 avril, avec pour objectif de valoriser son bilan et d'avancer quelques propositions. L'occasion pour ses adversaires de commenter – et critiquer – ses déclarations.

Lors de son meeting tenu le 2 avril 2022 à Nanterre, Emmanuel Macron a tenté de défendre son bilan et égrené quelques propositions pour un éventuel second quinquennat ; des déclarations qui ont largement fait réagir ses adversaires à la course à l'Elysée.

Marine Le Pen a ainsi attaqué Emmanuel Macron sur son bilan en matière de pouvoir d'achat, notamment l'impact de ses politiques fiscales sur la consommation énergétique : «Depuis 5 ans, Emmanuel Macron a financé la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune en taxant le carburant, le gaz, le fioul et l’électricité de tous les ménages.»

Eric Zemmour a, sans surprise, fustigé le Président de la République sur sa politique migratoire. «Emmanuel Macron dit qu’il n’a pas de leçon à recevoir sur l’immigration clandestine. Je me chargerai bien de la lui donner quand même», a écrit le candidat de Reconquête sur Twitter.

 «Emmanuel Macron décide de m’attaquer dans son meeting. Qu’il vienne débattre. Il lui reste 7 jours pour faire semblant d’avoir fait campagne», a-t-il également tweeté.

Nicolas Dupont-Aignan s'est pour sa part attaqué au bilan d'Emmanuel Macron en matière de politique de santé publique : «17 300 lits fermés, saccage de l’hôpital, déserts médicaux… Les soignants sont applaudis à l’Arena. Ceux qui ont été exclus, le sont-ils aussi ?», a-t-il ironisé.

A gauche de l'échiquier politique, Jean-Luc Mélenchon a dénoncé les «menaces sociales» proférées par le Président-candidat : «Décor vieillot pour un long déballage notarial cousu de satisfecits improbables et de menaces sociales pour le futur.»

Philippe Poutou, en meeting au même moment au Cirque d'Hiver, a dénoncé le fait qu'Emmanuel Macron aurait «volé» son slogan : «Pendant que ses copains les riches volent l’argent public, Macron nous vole nos slogans. Décidément, ces gens osent tout... c’est même à ça qu’on les reconnaît.» a-t-il ajouté, reprenant la célèbre citation d'Audiard dans les Tontons flingueurs.

Emmanuel Macron aurait réuni plus de 30 000 personnes lors de son meeting (pour une capacité maximale annoncée à 40 000 unités), selon CNews. Un chiffre qui fait toutefois l'objet de débats intenses, notamment à la suite de la diffusion d'images montrant des sièges vides sur les réseaux sociaux.

Donné favori par les sondages, le chef de l'Etat se fait progressivement rattraper par Marine Le Pen et voit également Jean-Lu Mélenchon remonter lentement mais sûrement, alors que l'affaire McKinsey ne cesse de prendre de l'ampleur.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix