Paris : plusieurs milliers de manifestants mobilisés contre le racisme et les violences policières

- Avec AFP

La tête du cortège de la mobilisation parisienne du 19 mars 2022© Christophe ARCHAMBAULT Source: AFP
La tête du cortège de la mobilisation parisienne du 19 mars 2022.
Suivez RT France surTelegram

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Paris contre le racisme et les violences policières, à l'appel notamment des organisations Attac, Droit au Logement, le Mouvement National Lycéen, la FSU et Solidaires.

Réunis place du Châtelet dans l'après-midi du 19 mars, plusieurs milliers de manifestants (2 100 selon le ministère de l'Intérieur, entre 8 et 10 000 pour les organisateurs) se sont élancés en direction de la place Stalingrad derrière deux banderoles proclamant «stop aux crimes d'Etat» et «d'où que l'on vienne, où que l'on soit né, notre pays s'appelle Solidarité», avec également le slogan «le racisme est un virus, stoppez-le». Des images de la mobilisation ont été diffusées sur Twitter, notamment par le journaliste Nicolas Mayart.

Ils répondaient à l'appel du «Réseau d'entraide Vérité et Justice» et de la «Campagne antiracisme et solidarité» qui réunit diverses organisations, dont Attac, Droit au Logement, le Mouvement National Lycéen (MNL) ou des syndicats comme la FSU ou Solidaires.

La mobilisation – à l'occasion de la journée mondiale contre le racisme et de celle également en mars contre les violences policières – vise à «réaffirmer [les] valeurs d'antiracisme et d'égalité des droits», a expliqué à l'AFP Cybèle David, secrétaire nationale de Solidaires, citant parmi les revendications la régularisation des immigrés clandestins.

«Ce que l'on demande c'est que ce ne soit plus admissible en 2022, à l'heure où on est en pleine élection présidentielle, qu'on stigmatise étrangers et étrangères, alors qu'à l'heure actuelle, la guerre en Ukraine démontre qu'on est capables d'accueillir des réfugiés», a aussi affirmé Raji Aletcheredji, secrétaire fédéral de Solidaires étudiants.

Des proches de victimes de violences policières étaient réunis derrière la banderole du «Réseau d'entraide» avec des t-shirts pour «Lamine», «Sabri», «Ibrahima» ou encore «Cédric».

Certains ont pris la parole pour raconter leur histoire, comme la sœur de Lamine, mort en 2007 «par clé d'étranglement et plaquage ventral», ou ce père ingénieur, qui a relaté son combat pour la vérité après la mort de son fils de 19 ans «tué d'une balle en plein cœur lors d'un banal contrôle routier» à Marseille en 2021.

Le cortège, qui a lieu chaque année à la mi-mars, est resté bloqué un moment, les manifestants protestant contre l'important dispositif mis en place par les forces de l'ordre.

Le député de La France insoumise, Eric Coquerel, était présent au rassemblement, dénonçant une «liberté de manifester [...] mise à mal jusqu’au bout sous [Emmanuel] Macron [et le préfet Didier] Lallement».

D'autres cortèges étaient prévus en France, à Toulouse, Bordeaux ou encore Lyon, selon les organisateurs.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix