Gilets jaunes : condamnation d'un policier pour avoir violenté un manifestant à Besançon

- Avec AFP

Gilets jaunes : condamnation d'un policier pour avoir violenté un manifestant à Besançon© Kamil Zihnioglu Source: AP
Policiers à Paris le 23 mars 2019 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

La séquence avait à l'époque de sa diffusion suscité nombre de réactions. Un policier a été condamné pour avoir porté un coup de matraque au visage d'un Gilet jaune pendant une manifestation le 30 mars 2019 à Besançon.

Le tribunal correctionnel de Besançon a condamné le 11 février un policier à 1 000 euros d'amende avec sursis et 500 euros au titre du préjudice moral pour avoir donné un coup de matraque à un Gilet jaune lors d'une manifestation à Besançon en 2019.

«Cette décision contribue enfin à reconnaître l'étendue des violences policières en France et pendant le mouvement des gilets jaunes», s'est félicité auprès de l'AFP l'avocat du plaignant Arié Alimi.

Un «geste préventif quasi spontané de maintien de l'ordre», selon l'avocat du policier 

Le prévenu a été reconnu coupable de «violences volontaires avec arme par dépositaire de l'autorité publique», alors que le ministère public, qui avait initialement classé l'affaire sans suites, avait requis la relaxe.

Cette décision contribue enfin à reconnaître l'étendue des violences policières en France et pendant le mouvement des gilets jaunes

A l'audience, en janvier, son représentant, Julien Babe, avait soutenu que le policier était «intervenu pour faire face à un danger, avec un geste préventif quasi spontané de maintien de l'ordre», estimant qu'il ne s'agissait "certainement pas d'un acte de violence policière".

Le plaignant, âgé de 22 ans, participait à une manifestation de Gilets jaunes, le samedi 30 mars 2019 à Besançon, quand la police était intervenue pour interpeller un individu soupçonné d'avoir lancé des projectiles sur les forces de l'ordre.

Un policier avait surgi de l'angle d'une rue et découvert son «binôme» faisant face au jeune homme, avec une grenade lacrymogène entre eux. Le policier avait alors donné un coup de «bâton de défense souple» à la victime, touchée à l'épaule et à l'arcade sourcilière.

La scène, filmée par une journaliste des médias de Besançon Média 25 et Radio Bip, est devenue virale sur les réseaux sociaux.

«Je n'ai pas compris pourquoi j'avais reçu un coup de matraque», a souligné le jeune Gilet jaune à l'audience.

«J'ai agi en cas de nécessité dans le cadre de mon travail», a avancé pour sa part le prévenu, décrivant un contexte d'intervention extrêmement tendu.

«Il a donné un coup de bâton souple sur le bras [du plaignant] pour que cet individu, fort comme un roc et porteur d'un gilet jaune, ne se saisisse pas de la bombe lacrymogène», a assuré l'avocate du policier, Catherine Bresson, jugeant que «la riposte a été proportionnée».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix