«Mutualisation», «mise sous tutelle» : les candidats déroulent leurs propositions pour les Ehpad

- Avec AFP

Une dame âgée quitte la chapelle de l'EHPAD «Résidence des Glénans"» à Haute-Goulaine, près de Nantes, le 30 mars 2021© Loic VENANCE Source: AFP
Une dame âgée quitte la chapelle de l'EHPAD «Résidence des Glénans"» à Haute-Goulaine, près de Nantes, le 30 mars 2021 (image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

A la suite des révélations sur les dysfonctionnements que connaissent de nombreux Ehpad, les candidats à la présidentielle ont présenté leur programme pour améliorer la situation dans les établissements accueillants des personnes âgées dépendantes.

Les propositions sont diverses et variées. Les candidats à l'Elysée rivalisent d'idées pour améliorer la situation dans les Ehpad après les révélations sur les nombreux dysfonctionnements que connaissent les établissements de l'entreprise Orpéa. Après la sortie du livre Les Fossoyeurs (éd. Fayard) du journaliste Victor Castanet, le président Emmanuel Macron, pas encore officiellement candidat, a affirmé ce 2 février lors du Conseil des ministres que «ces révélations étaient absolument choquantes, bouleversantes et qu'elles appelaient évidemment à ce que nous poursuivions notre investissement pour le grand âge».

Quelles sont les propositions des candidats sur le meilleur moyen de prendre en charge les personnes âgées dépendantes ? 

Interdiction des établissements privés à but lucratif pour Yannick Jadot

A gauche, l'ensemble des candidats s'insurgent contre la «spéculation» boursière autour des Ehpad privés. Pour y mettre un terme, l'écologiste Yannick Jadot veut en finir avec «toute nouvelle autorisation d'Ehpad privé à but lucratif», afin que la «maltraitance subie dans beaucoup d'établissements ne puisse être un levier de spéculation». Il plaide aussi pour des recrutements de «personnel d'accompagnement» afin qu'ils soient au moins 8 pour 10 résidents.

«Loi sur la dépendance» pour Anne Hidalgo

La candidate PS Anne Hidalgo, qui reproche à Emmanuel Macron de ne pas avoir mené à bout la «grande loi sur la dépendance qu'il avait pourtant promise», a l'intention de «mettre les moyens» dans le secteur du grand âge. Elle propose de garantir «un service public» dont le premier objectif serait de maintenir à domicile les personnes âgées grâce à des recrutements et à la formation de personnel pour s'en occuper, dont les rémunérations et le statut seraient valorisés. Les Ehpad bénéficieraient, eux aussi, d'une «augmentation de l'encadrement».

Un ministère du Grand âge et une mise sous tutelle des Ehpads pour Fabien Roussel

Le candidat communiste Fabien Roussel souhaite mettre «sous tutelle» l'ensemble des Ehpad gérés par Orpéa. Il propose également de créer «un ministère du Grand âge», ainsi que 300 000 emplois sur trois ans afin de «sortir nos aînés des griffes de la finance». Le coût de cette mesure qu'il évalue lui-même entre 10 à 13 milliards d'euros serait financé par «les cotisations sociales», a-t-il expliqué sur la chaîne parlementaire Public-Sénat.

Un réseau de structures non lucratives pour Jean-Luc Mélenchon

Le candidat de la La France insoumise Jean-Luc Mélenchon ne prône pas une nationalisation des Ehpad. «Non, ce n'est pas comme ça qu'il faut s'y prendre», a-t-il assuré sur sa chaîne Allô Mélenchon. A ses yeux, il faut confier les Ehpad «à des structures non lucratives qui ne distribuent pas de bénéfices», comme des associations, des coopératives ou des mutualistes. Dans son programme, il préconise le développement d'un «réseau public de maisons de retraite aux tarifs harmonisés et accessibles». Il défend aussi la création de «10 000 places en Ehpad public pendant cinq ans», avec une augmentation «des moyens matériels et humains».

Un «changement de modèle» pour Valérie Pécresse

A droite, les candidats s'accordent sur le besoin de renforcer les contrôles. Valérie Pécresse plaide pour «radicalement changer le modèle des Ehpad», avec notamment un «référentiel obligatoire» applicable au public et au privé. La candidate LR souhaite avant out privilégier le maintien à domicile pour les personnes âgées. Pour les Ehpad, il est indispensable selon elle, que les conditions de vie quotidienne soient «strictement contrôlées», de la qualité de l'alimentation et des soins à la taille des chambres, en passant par «le temps consacré individuellement à chaque résident par les soignants».

«Remédicaliser les Ehpad» pour Marine Le Pen

Pour Marine Le Pen (Rassemblement national), il convient d'abord de rompre avec «la logique de rentabilité» qui «remet en cause les principes de respect et de dignité» sur la manière de traiter les personnes âgées dépendantes. Le 25 janvier, elle avait demandé l'ouverture d'une enquête parlementaire sur la situation des Ehpad. La candidate RN tient également à «remédicaliser les Ehpad», déplorant sur CNews qu'il n'y ait pas de médecin coordinateur dans «beaucoup» d'entre eux. Elle a aussi souhaité aussi qu'il y ait un certain nombre de soignants par rapport au nombre de résidents afin d'éviter les mauvais traitements.

Suppression des ARS pour Eric Zemmour

Le candidat de Reconquête ! Eric Zemmour a trouvé dans la controverse sur les Ehpad un argument supplémentaire pour s'en prendre aux Agences régionales de santé (ARS), dont il souhaite la suppression après leur gestion fortement critiquée de la crise sanitaire. Pour éviter les cas de maltraitance, «la première chose à faire, cela me paraît évident, c'est les contrôles», a-t-il expliqué sur France 2. «Ce sont les ARS qui avaient en charge le contrôle, ce qui prouve qu'elles ne servent à rien».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix