Nucléaire : un réacteur de la centrale de Penly concerné par un problème de corrosion

- Avec AFP

Nucléaire : un réacteur de la centrale de Penly concerné par un problème de corrosion© AFP PHOTO / CHARLY TRIBALLEAU
La centrale nucléaire de Penly, en Normandie, photographiée en avril 2012.
Suivez RT France surTelegram

Un réacteur nucléaire de la centrale de Penly (Seine-Maritime) est concerné par un problème de corrosion sur un système de sécurité déjà détecté ou soupçonné sur quatre autres réacteurs EDF actuellement à l'arrêt.

Le réacteur nucléaire de la centrale de Penly, en Seine-Maritime, est touché par un problème de corrosion d'un système de sécurité, un phénomène déjà détecté ou soupçonné sur quatre autres réacteurs EDF actuellement à l'arrêt, a indiqué à l'AFP l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

«Les défauts qui ont été constatés sur les réacteurs de dernière génération ont été constatés sur un autre réacteur», celui de Penly 1, qui est déjà à l'arrêt, a indiqué auprès de l'AFP Karine Herviou, directrice générale adjointe de l’IRSN.

Dix réacteurs actuellement à l'arrêt

Actuellement, dix réacteurs sur 56 sont à l'arrêt, ce qui représente environ 20% de la capacité nucléaire française.

Le problème n'avait jusqu'à présent été identifié que sur les réacteurs les plus récents et les plus puissants du parc français, ceux de 1450 MW. Le défaut détecté à Penly 1, un réacteur de 1300 MW, est le premier qui concerne une autre famille de réacteurs.

EDF avait annoncé à la mi-décembre l'arrêt par précaution des deux réacteurs de la centrale de Chooz (Ardennes) pour vérification d'éventuels défauts sur son circuit de refroidissement de secours, après la détection de problèmes à Civaux (Vienne), une autre centrale de même modèle, dont l'arrêt avait alors été prolongé.

Le groupe a depuis annoncé qu'un des réacteurs de Chooz était effectivement concerné par le même problème.

Le défaut identifié à Penly «serait dû aussi à un phénomène de corrosion sous contrainte, c’est-à-dire le même phénomène qui a été détecté» sur les réacteurs de 1450 MW, a précisé Karine Herviou, évoquant «un défaut de l’ordre du millimètre».

«On ne sait pas s'il n'y a pas de problèmes ailleurs. EDF est en train de revoir tous les enregistrements» des contrôles effectués dans le passé sur le parc, a-t-elle ajouté.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix