Seine-et-Marne : deux policiers soupçonnés de vente de munitions à des délinquants écroués

- Avec AFP

Seine-et-Marne : deux policiers soupçonnés de vente de munitions à des délinquants écroués© STEPHANE DE SAKUTIN Source: AFP
Stand de tir de la police à Paris (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le parquet de Meaux a confirmé que deux policiers avaient été mis en examen et écroués car soupçonnés d'avoir organisé un trafic de munitions destinées à des délinquants de Seine-et-Marne (Ile-de-France).

Deux fonctionnaires de police ont été mis en examen pour «vol et recel en bande organisée» et «détention de munition» et placés en détention provisoire début octobre, soupçonnés d'avoir vendu des munitions à des délinquants en Seine-et-Marne, a appris l'AFP le 12 décembre auprès du parquet et d'une source policière.

En plus des deux fonctionnaires, également mis en examen le 9 octobre pour «association de malfaiteurs», trois autres personnes ont été mises en examen dans cette affaire, dont l'une écrouée, a précisé le parquet de Meaux, confirmant une information du Journal du dimanche.

Des balles suspectes dans l'arme d'une victime d'homicide

Les investigations sur ce trafic ont connu un tournant grâce à une enquête pour homicide, a relaté la source policière citée par l'AFP. Mi-septembre, un homme de 28 ans, blessé par balles, décédait dans une rue de Torcy. A côté de lui se trouvait une arme. Dans cette arme, qui appartenait à la victime, les enquêteurs ont retrouvé une munition identique aux leurs. Ces munitions sont spécifiques car elles doivent être traçables. 

L'homme retrouvé mort n'a pas été tué avec une de ces munitions, a précisé le parquet. Les deux fonctionnaires mis en cause, un moniteur de tir et un personnel administratif – le plus impliqué dans l'affaire – exerçaient à Melun, où la distribution des cartouches est centralisée pour le département. 

Environ 500 munitions ont été récupérées lors de la perquisition, a indiqué la source policière. Un «audit interne pour remettre à plat le système de gestion des armes» a été mené dans le département, a déclaré une autre source policière. D'abord menée par la police judiciaire de Versailles, l'enquête a par la suite été confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN, la «police des polices»). 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix