Attaque au sabre à Cherbourg : deux policières blessées, Darmanin réagit

Attaque au sabre à Cherbourg : deux policières blessées, Darmanin réagit© Wikipedia commons
Un véhicule de police (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Après avoir porté des coups de sabre au visage de deux policières, un individu a été neutralisé à Cherbourg. Une fois interpellé, il a été évacué par l'hélicoptère Dragon 50 de la Sécurité civile.

Ainsi que la rapporté l'antenne Cherbourg-en-Cotentin (Basse-Normandie) de France Bleu, l'attaque s'est déroulée vers 16h le 2 décembre à la station-service du centre Leclerc de Tourlaville.

Un individu a blessé deux policières qui étaient venues l'interpeller après un vol de voiture, a relaté la radio locale, précisant que l'homme en question était sorti du véhicule en brandissant un katana (un sabre japonais). «[Il] s’est dirigé vers le véhicule de police, blessant au menton une policière avec son arme blanche. Une deuxième policière est alors sortie et s’est pris un coup également, au niveau de la tête», a détaillé France Bleu.

Faisant usage de leur arme, les deux agents ont réussi à le neutraliser en le plaquant au sol. De nombreux véhicules de police, de pompiers et des ambulances sont intervenus.

«Les policiers ont tiré 3 coups de feu, l'assaillant est blessé», a de son côté rapporté un journaliste de Valeurs actuelles.

Selon la radio locale, l'assaillant, une fois interpellé, a été évacué par l'hélicoptère Dragon 50 de la Sécurité civile.

«Lors d’une intervention sur un vol de véhicule à Cherbourg, deux policiers ont été blessés. Soutien à la police nationale», a réagi sur les réseaux sociaux le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin.

De nombreuses armes blanches réparties dans deux sacs différents

Selon une information rapportée plus tard par l'AFP, l'individu était porteur de nombreuses armes blanches, notamment des couteaux, répartis dans deux sacs différents. L'homme était connu de la justice pour des faits liés à des stupéfiants. Sa dernière condamnation, pour conduite sous l'emprise de stupéfiants, remontait à 2016.

Né en janvier 1985, il sera soumis à des analyses toxicologiques pour savoir s'il était sous l'emprise des stupéfiants au moment des faits. 

Yves Le Clair, procureur de la République à Cherbourg, a écarté toute motivation terroriste. «Il n'y a aucune revendication particulière», a précisé le magistrat.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix