Visé par une enquête, Raoult dément mener des recherches sur les traitements contre la tuberculose

Visé par une enquête, Raoult dément mener des recherches sur les traitements contre la tuberculose© Nicolas TUCAT Source: AFP
Façade de l'IHU Méditerranée Infection (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Selon une enquête de Mediapart, l'IHU Méditerranée Infection aurait mené une «expérimentation sauvage contre la tuberculose». Le professeur Didier Raoult dément avoir effectué ces essais thérapeutiques .

«Que cela soit clair : il n'y a pas de recherche sur le traitement de la tuberculose au sein du pôle maladies infectieuses et tropicales de l'[APHM] hébergé par l'[IHU Méditerranée Infection]», c'est par ce tweet du 28 octobre que Didier Raoult a démenti les accusations portées contre lui.

«Trois dossiers de patients ont été transmis, par des confrères, sans le consentement de ces patients : un à l'Express, deux à Mediapart. C'est honteux et contraire à toutes les règles de déontologie», avait-il déclaré deux jours plus tôt sur Twitter. 

L'infectiologue, a l'origine de nombreuses polémiques depuis 2020, est mis en cause après un article de Mediapart l'accusant d'avoir mené des essais thérapeutiques non autorisés sur des malades de la tuberculose.

Selon les informations du média, obtenues auprès de membres de l'IHU, plusieurs patients ont développé des effets secondaires graves après s'être vus prescrire une combinaison de quatre médicaments, dont l’efficacité conjointe contre tuberculose n’a pas été démontrée, malgré le refus de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé [ANSM]. 

La justice saisie

L'ANSM a confirmé auprès de Mediapart avoir saisi la justice sur cette affaire, le 27 octobre. Le parquet de Marseille a annoncé le lendemain faire une évaluation de ce signalement. «Ce signalement porte sur des essais cliniques qui auraient été réalisés au sein de l’IHU en-dehors du cadre légal», a déclaré dans un communiqué la procureur de Marseille Dominique Laurens. 

Le 27 octobre, l'Assistance publique des hôpitaux de Marseille (AP-HM), dont dépend l'IHU, a indiqué que «malgré les réserves émises par l'ANSM, l'IHU Méditerranée Infection a continué à délivrer ces traitements» contre la tuberculose.

L'ANSM est l'autorité qui donne l'aval aux recherches impliquant des êtres humains, en particulier les essais cliniques de médicaments.

L'enquête menée par l'organisme dont dépend l'IHU, confirme également que «certains» des patients traités contre la tuberculose avec la combinaison d'antibiotiques mise en cause ont été «atteints de complications rénales dont au moins un d'entre eux a nécessité une intervention chirurgicale».

De son côté l'ANSM a précisé le 27 octobre : «Aux termes de nos premières investigations, nous considérons que certaines études auraient dû être menées conformément à la législation encadrant les recherches impliquant la personne  humaine [...]. Ceci n'est pas admissible.»

«Le pôle maladie infectieuses et tropicales communiquera prochainement sur l'ensemble des données. Les dernières "révélations" sont une tempête dans un verre d'eau», avait déclaré Didier Raoult sur Twitter le 25 octobre après les révélations de Mediapart. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix