Pour Sandrine Rousseau, l'arrivée de terroristes afghans en France «permet aussi de les surveiller»

Pour Sandrine Rousseau, l'arrivée de terroristes afghans en France «permet aussi de les surveiller»© Mehdi FEDOUACH Source: AFP
Le maire de Grenoble Eric Piollet (à droite) et l'ancienne porte-parole du parti vert EELV Sandrine Rousseau (à gauche), lors des Journées d'été d'EELV à Poitiers, le 19 août 2021 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Sandrine Rousseau, candidate Europe Ecologie - Les Verts à la présidentielle a déclaré le 24 août, non sans susciter de réactions, que la potentielle évacuation de Kaboul de terroristes afghans en France permettrait ainsi «de les surveiller».

La candidate Europe Ecologie - Les Verts à l'élection présidentielle, Sandrine Rousseau, a déclaré le 24 août au micro de nos confrères de BFMTV que «si vraiment il y a des personnes qui sont dangereuses, des potentiels terroristes, c'est pas parce qu'ils restent en Afghanistan qu'ils sont moins dangereux. Quelque part, les avoir en France, ça nous permet aussi de les surveiller.»

L'avocat Pierre Gentillet a réagi en qualifiant l'attitude de Sandrine Rousseau de folie tout en diffusant la séquence. «Ces gens sont fous», a-t-il tweeté.

Des propos qui sont proches de ceux tenus par le docteur Laurent Alexandre : «la déclaration de Sandrine Rousseau, candidate EELV à la présidence de la République est juste dingue [...] Les écologistes deviennent FOUS !», a-t-il réagi sur son compte Twitter.

Gilbert Collard est resté lui aussi dans le registre de la folie pour commenter l'interview de la candidate écologiste : «Sandrine Rousseau, à elle seule, a enfin trouvé le moyen de lutter contre le terrorisme : faire venir le terrorisme chez nous pour le surveiller : ding, dingue, dong...».

Le chroniqueur Raphaël Enthoven s'est pour sa part montré plus nuancé en admettant que les propos de Sandrine Rousseau ne rendaient pas service à la lutte contre «l'extrême-droite». «Battre l'extrême-droite malgré les gens qui proposent d'accueillir les "potentiels terroristes" parce que "quelque part les avoir en France, ça nous permet aussi de les surveiller..." On y arrivera», a-t-il précisément déclaré.

Sandrine Rousseau a d'ailleurs estimé dans la même interview : «la France fait partie des pays qui accueillent le moins d'Afghans». Une assertion à nuancer, puisque la France reçoit chaque année depuis 2018 quelque 10 000 demandes d'asile d'Afghans pour un total d'environ 50 000 pour l'ensemble des pays de l'Union européenne. L'Ofpra (l'Office français de protection des réfugiés et des apatrides), qui a traité 8 200 dossiers depuis le début de l'année, a accordé la demande de protection dans 64% des cas.

Les évacuations en Afghanistan doivent se poursuivre au moins jusqu'au 31 août. La DGSI a déjà lancé une mesure individuelle de contrôle administratif et de surveillance (Micas) sur cinq individus évacués par la France car soupçonnés d'entretenir des liens avec les Taliban.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»