Nantes : le préfet s'indigne du détournement d'une campagne de recrutement de la police

Nantes : le préfet s'indigne du détournement d'une campagne de recrutement de la police© Loic Venance Source: AFP
images
Défilé de policiers à Nantes, le 10 décembre 2020 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

«Mutiler, le plus beau des métiers». C'est l'un des slogans parodiques que l'on peut lire dans le détournement de la campagne de recrutement de la police effectuée par le média militant «Nantes Révoltée». «Inacceptable», pour le préfet.

Le préfet des Pays de la Loire et de Loire-Atlantique a annoncé le 29 juillet saisir la justice après des montages parodiques diffusés par «Nantes révoltée», qui se définit comme un «média autonome engagé» et dispose de comptes Facebook et Twitter suivis par des dizaines de milliers d'internautes. En cause, le détournement d'une campagne de recrutement du ministère de l’Intérieur, qui utilise une partie du slogan ministériel «le plus beau des métiers».​

Parodiant cette campagne, «Nantes révoltée» a diffusé des affiches avec des photos de policiers en action, avec des slogans détournés : «Mutiler, le plus beau des métiers». Le même détournement a été utilisé avec les verbes : gazer, tabasser, humilier, traquer, surveiller, soumettre, gazer ou encore terroriser. A l'origine, la campagne de recrutement avait comme slogan : «Protéger, le plus des métiers.»

«Ces clichés sortis de leur contexte sont inacceptables et jettent l’opprobre sur les forces de sécurité intérieure mobilisées jour et nuit, tous les jours de l’année pour assurer la sécurité de tous», s'est indigné le préfet dans son communiqué.

La veille, tout aussi outré, le syndicat Alliance fustigeait cette parodie de campagne, exigeant que le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin fasse retirer ces publications et poursuive en justice leurs auteurs. 

Comme l'explique Ouest-France, le parquet va maintenant devoir décider s’il y aura ou non poursuite judiciaire, en étudiant la dénonciation du préfet et en décidant s’il y a une infraction pénale ou non.

Du côté de «Nantes Révoltée», on estime qu'il n'y a pas d'infraction. Dans un tweet, le média ainsi écrit : «A priori, le fait de "discréditer" une institution n'est pas puni par la loi, sauf dans les dictatures et les régimes policiers. Le fait qu'un préfet publie un tel communiqué montre la soumission absolue du sommet de l’Etat français aux syndicats policiers d'extrême droite.»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»