Justice : en dénonçant les prières de rue, Marine Le Pen a exercé «sa liberté d’expression»

© Robert Pratta Source: Reuters

Le procureur a demandé la relaxe pour la présidente du Front National Marine Le Pen qui était poursuivie pour avoir comparé les prières de rues des musulmans à l'occupation nazie.

Marine Le Pen n’a fait qu’exercer «sa liberté d’expression» quand elle dénonçait «ces prières dans l'espace public, imputables non à l'ensemble de la communauté musulmane, mais a une minorité», a déclaré le procureur de la République Bernard Reynaud. Le procureur a ajouté que Marine Le Pen parlait «d'un certain nombre de personnes» et non «pas de toute la communauté» musulmane.

La femme politique est accusée de «provocation à la discrimination, à la violence ou à la haine envers un groupe de personnes à raison de leur appartenance à une religion».

En savoir plus : https://francais.rt.com/france/7263-lepen-justice-correctionnel-occupation

En décembre 2010, lors d’un meeting à Lyon Marine Le Pen avait critiqué les massives prières de rue musulmanes en France. A l’époque, elle les avait qualifiées «d’occupation de pans du territoire». «Certes, il n'y a pas de blindés, pas de soldats, mais c'est une occupation tout de même et elle pèse sur les habitants», avait-elle déclaré sous les applaudissements.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales