«Polémiques débiles» ? La vidéo de Papacito simulant l'exécution d'un électeur LFI divise la toile

«Polémiques débiles» ? La vidéo de Papacito simulant l'exécution d'un électeur LFI divise la toile© ERIC FEFERBERG Source: AFP
Jean-Luc Melenchon prend la parole lors d'une conférence de presse le 19 octobre 2018 à Paris.
Suivez RT France surTelegram

Plusieurs personnalités ont réagi à la vidéo dans laquelle le polémiste Papacito tire au fusil de chasse sur un mannequin représentant un «gauchiste». Un acte dénoncé par la suite comme un «appel au meurtre» par Jean-Luc Mélenchon qui y est cité.

La vidéo «Le gauchisme est-il pare-balles ?», publié par le blogueur Papacito n'en finit plus de faire des remous alors que Jean-Luc Mélenchon, cité dans cette vidéo, s'est fendu d'une conférence de presse en direct sur les réseaux sociaux où il a annoncé porter plainte contre cet «appel au meurtre».

Les réactions ont émané en premier lieu de son camp politique : «Le youtubeur d’extrême droite Papacito appelle sur YouTube à s’armer pour tuer des insoumis et des musulmans (comparés à des animaux). Le pire, c’est la passivité des médias et des politiques qui s’attardent sur 30 secondes d’une interview de Jean-Luc Mélenchon», s'est indigné le député Eric Coquerel, en référence à la polémique en cours sur les propos du chef de file de La France insoumise sur le terrorisme.

«Les communistes PCF et Jean-Luc Mélenchon sont pris pour cible dans une vidéo d'extrême droite d'une rare violence. Il faut mettre fin à ce climat de violence. Au nom des communistes, je saisi le procureur de la République», a écrit pour sa part le futur candidat du PCF à la présidentielle de 2022 Fabien Roussel.

Le mannequin fusillé par Papacito dans sa vidéo était affublé d'un T-shirt sur lequel était écrit «Mediacuck. Dhimmi. Je suis communiste». Il portait par ailleurs une casquette représentant le marteau et la faucille et arborait un écusson à l'effigie de Che Guevara. 

«Au nom de Generation.s, j’apporte notre soutien à Jean-Luc Mélenchon, aux militant-e-s communistes, et plus largement à toutes celles et ceux, femmes et hommes engagés à gauche, victimes d’un appel au meurtre par le youtubeur d'extrême droite Papacito», a écrit le porte-parole du parti Generation.s et président de l'Observatoire national de l’extrême droite Thomas Portes. 

Le député LREM Sacha Houlié a apporté son «soutien républicain» à Jean-Luc Mélenchon et à ses équipes tout en estimant que les agissements de Papacito «tombent sous le coup de la loi».

Sa collègue du même parti Coralie Dubost y a cependant vu pour sa part une «stratégie de victimisation pour attirer l'attention». «Vous avez parfois un enfant qui veut attirer l'attention, qui fait un caprice et qui crie très fort même si il ne s'était rien passé. Je vous laisse deviner comment on réagit, est-ce qu'il faut lui donner toute l'attention qu'il mérite quitte à satisfaire un caprice ? Je ne suis pas certaine que ce soit la meilleure des réponses», a-t-elle déclaré en direct sur BFMTV. 

«Notre pays est dépossédé de sa souveraineté, vendu à la découpe, nos libertés nous sont volées, dans deux jours on vivra sous «Pass sanitaire», on s’effondre, et pourtant on passe notre temps à nous demander de parler de polémiques débiles : stop !», a écrit pour sa part l'ancien eurodéputé frontiste et chef du parti souverainiste Les Patriotes Florian Philippot.

De son côté, l'eurodéputé du Rassemblement national Gilbert Collard a accusé Jean-Luc Mélenchon d'avoir une indignation à géométrie variable. «C'est bien de s'indigner de la violence, mais encore faut-il ne pas s'associer à ceux qui en donnent l'ignoble exemple !», a-t-il écrit en accompagnant sa publication d'une photo du journaliste Taha Bouhafs, ex-candidat de La France insoumise aux législatives de 2017, brandissant une tête représentant Marine Le Pen au bout d'une pique lors d'une manifestation en 2016. 

En dehors de l'arène politique, Eric Zemmour, décrit par Jean-Luc Mélenchon comme un «ami» de Papacito, a également commenté la vidéo sur le plateau de Cnews : «J’ai regardé cette vidéo. C’est une vidéo gaguesque. C’est une vidéo du deuxième degré, du troisième degré. Il [Papacito] se moque de lui-même, c’est de l’autodérision, une espèce de dérision de la virilité. Mais je trouve ça très intéressant parce que moi qui suis vieux [j’ai connu] ce genre de dérision […] mais à l’époque, c’était la gauche qui le portait. C’était le fameux "esprit Canal" [...] Je pense que c’est l’esprit de Papacito. Il faut voir les autres vidéos de Papacito. Il est tout le temps dans le deuxième et le troisième degré.» D'après polémiste : «Il y a eu un basculement politique […] L’esprit de dérision est passé à droite.» Il a également ajouté aimer «beaucoup Papacito» qu'il considère comme «un garçon sympathique, intelligent».

De son côté, le YouTubeur Usul, pris régulièrement pour cible par Papacito, a lui aussi réagi : «Moi ça fait des années que je suis une cible récurrente, que sous couvert d'humour on me représente la gueule en sang, buté, qu'on a fait filtrer mon adresse et qu'on continue de monter contre moi des "raids", pour l'instant virtuels», a-t-il entre autres dénoncé.

L'ancien cadre du FNJ (branche jeunesse du Front national, ancien nom du Rassemblement national), Julien Rochedy, devenu depuis YouTubeur «viriliste et nietzschéen» a en revanche jugé cette polémique «ridicule» : «L’extrême gauche, prête à tout relativiser quand on attaque la France, mais reine du drama quand une simple blague est faite à son encontre», a-t-il estimé.

Le 8 juin devant les députés, le Premier ministre Castex a condamné «sans réserve» la vidéo polémique. «La haine, l’extrémisme, la violence sont irrémédiablement inconciliables avec nos valeurs fondamentales, avec notre projet politique : toutes celles et ceux qui, directement ou indirectement, alimentent ce climat délétère – qui affaiblit la démocratie en même temps que la France – sachent qu’ils trouveront toujours la République sur leur chemin», a ajouté le chef du gouvernement.

Réagissant plus tard, le YouTubeur Code-Reinho, spécialisé dans les armes, qui avait participé à la vidéo avec Papacito a démenti tout appel à la violence : «Et oui mon petit Méluche [Jean-Luc Mélenchon], cette vidéo ne te ciblait pas [...] Par contre, les gens qui votent pour toi, ces âmes égarées qui ne savent pas ce qu'elles font, on a de la pitié pour eux car eux contrairement à toi, ils n'auront pas un avion privé pour les faire fuir du pays le jour où la situation dégénèrera. Je le répète : quel que soit votre bord politique, vous devez vous préparer au pire», a-t-il déclaré dans une vidéo diffusée sur sa chaîne YouTube. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»