Tests Covid-19 : des lésions peuvent être à l'origine de méningites, prévient l'Académie de médecine

- Avec AFP

Tests Covid-19 : des lésions peuvent être à l'origine de méningites, prévient l'Académie de médecine© Nicolas TUCAT Source: AFP
Un test Covid nasopharyngé réalisé à Marseille, le 12 novembre 2020 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'Académie rapport que les écouvillons qui servent à réaliser les tests nasopharyngés PCR ou antigéniques peuvent provoquer «des brèches de l'étage antérieur de la base du crâne associées à un risque de méningite».

L'épidémie de Covid-19 a notamment eu pour conséquence l'envolée du nombre de prélèvements nasopharyngés mais cette méthode n'est «pas sans risque» et peut être à l'origine de méningites, a averti le 8 avril l'Académie de médecine. Une annonce faite à quelques jours de l'arrivée en pharmacie des «autotests», qui ne nécessitent toutefois pas de prélever aussi profondément dans les cavités nasales.

Ces prélèvements opérés grâce à un écouvillon et désormais connus du grand public sont devenus la «méthode de référence», que ce soit pour les tests PCR ou les tests antigéniques (dont le résultat est plus rapide) souligne l'Académie dans un communiqué. De fait, depuis le début de l'épidémie, leur nombre s'est envolé, avec quelque 70 millions réalisés entre le 1er mars 2020 et le 4 avril 2021.

Désagrément, douleur ou saignement, de graves complications commencent à être décrites dans la littérature médicale depuis quelques semaines

Cependant, face à «la multiplication et la répétition des prélèvements, parfois effectués dans des conditions inadaptées», l'Académie de médecine rappelle «les précautions à observer et les risques encourus». Car si la plupart sont bénins, «désagrément, douleur ou saignement, de graves complications commencent à être décrites dans la littérature médicale depuis quelques semaines, notamment des brèches de l'étage antérieur de la base du crâne associées à un risque de méningite», poursuit le collège scientifique, en citant plusieurs études récemment parues.

L'Académie préconise donc de réserver la réalisation de ces tests «aux professionnels de santé formés» et leur recommande de s'enquérir d'éventuels antécédents ORL avant d'y procéder. Elle préconise également de privilégier des prélèvements salivaires pour les enfants. Elle met également en garde sur l'utilisation des autotests, qui doivent arriver en pharmacie à partir du 12 avril. Ceux-ci ne nécessitent pas un prélèvement aussi profond que les autres, mais l'Académie recommande d'alerter les utilisateurs sur le fait que «l'auto-prélèvement peut exposer à de faux négatifs lorsque l'écouvillonnage est trop timide et superficiel, mais peut aussi devenir dangereux lorsque l'écouvillonnage est trop profond et dirigé dans la mauvaise direction».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»