Calais : faute de candidats à l'AstraZeneca, un centre de vaccination ferme plus tôt que prévu

Calais : faute de candidats à l'AstraZeneca, un centre de vaccination ferme plus tôt que prévu© Yves Herman Source: Reuters
Un professionnel de santé prépare une dose de vaccin AstraZeneca dans un centre de vaccination à Anvers (Belgique), le 18 mars 2021 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Un centre de vaccination de Calais a fermé ses portes plus tôt que prévu. Motif : il n'y avait pas assez de candidats au vaccin AstraZeneca. Selon le maire, les cas de thromboses relayés par les médias ont accentué les réticences.

Le 3 avril, le centre municipal de vaccination situé au Forum Gambetta à Calais (Pas-de-Calais) a fermé ses portes plus tôt que prévu. Sur les 750 doses d'AstraZeneca que les autorités souhaitaient administrer l'après-midi, seules 200 ont trouvé preneur parmi les 300 rendez-vous pourtant enregistrés rapporte Le Figaro

La maire LR de Calais, Nathalie Bouchart, établit un lien direct avec les cas de thromboses (soit l'apparition de caillots sanguins) relatés par la presse : «Depuis l'annonce des sept décès au Royaume-Uni liés à ce vaccin, les annulations de rendez-vous se sont multipliées», a-t-elle expliqué au quotidien. Signe que ce vaccin précisément suscite des inquiétudes : les 560 injections de doses du vaccin Pfizer/BioNTech prévues le matin même ont quant à elles toutes été administrées. 

Des injections d'AstraZenca différées à une date ultérieure 

Comme le souligne La Voix du Nord, ces doses ne seront pas perdues pour autant. «On n’a pas ouvert les flacons. On va les injecter dans le courant de la semaine prochaine. Les gens peuvent continuer à prendre rendez-vous à partir de 55 ans. Il faut que les gens soient sensés, il faut garder raison. Il faut vraiment que les gens aient en tête qu’il n’y a pas de problème», a souligné la maire.

Après la décision de l'exécutif d'instaurer un moratoire de quelques jours sur l’administration du vaccin AstraZeneca, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a estimé qu'il n'existait «aucun lien causal» prouvé entre l'administration du vaccin et l'apparition des thromboses. De son côté, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a confirmé fin mars l'existence d'un risque «très rare» de thrombose, tout en soulignant que la balance du bénéfice-risque restait «favorable».

En France, quatorze jours après l'administration du vaccin AstraZeneca, une Toulousaine est morte des suites d'une thrombose. Le 2 avril, sa famille a décidé de porter plainte contre X.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»