Sciences Po Strasbourg écarte le nom de Samuel Paty pour baptiser une de ses promotions

Sciences Po Strasbourg écarte le nom de Samuel Paty pour baptiser une de ses promotions© Thomas COEX Source: AFP
Affichage en mémoire de Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) le 2 novembre 2020 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Au nom du respect de la parité, l'enseignant assassiné Samuel Paty a été retiré de la liste des personnalités envisagées pour nommer la dernière promotion de l'IEP de Strasbourg. L'établissement assure que le nom n'a pas été censuré.

Les étudiants de première année à Sciences Po Strasbourg ont décidé le 17 mars de rendre hommage à Gisèle Halimi comme nom symbolique attribué à leur promotion. Mais le choix a été orienté par la direction de l'établissement, rapporte Marianne. Parmi les différentes personnalités soumis aux votes des élèves – une tradition dans les instituts d'études politiques –, l'une d'entre elles a été écartée entre le premier et le second tour du scrutin : Samuel Paty, le professeur d'histoire-géographie assassiné le 16 octobre à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines).

Le 9 mars, sur Facebook, le bureau des élèves (BDE) a donné les consignes pour les noms à proposer : «La personne doit être décédée» et «ne pas être "clivant"». Autre point, informel : «L’administration souhaiterait établir une alternance entre homme et femme pour les différentes promotions. Etant donné que Tomi Ungerer [dessinateur né à Strasbourg] a été choisi l’année dernière, nous vous encourageons à proposer et choisir des noms féminins cette année. Il ne s’agit cependant pas d’une obligation», a précisé le BDE.

Plusieurs noms ont alors été retenus pour être soumis aux votes des étudiants : majoritairement des femmes comme Nina Simone, George Sand, Marie Curie, Frida Kahlo, Hannah Arendt, Olympe de Gouges et Gisèle Halimi, mais aussi quelques hommes comme Alan Turing et Samuel Paty. Le 12 mars, les élèves ont voté au premier tour, mais l'annonce des résultats, qui devait intervenir le soir même, a été repoussée au 15 mars.

Lorsque ces résultats sont tombés, le nom de Samuel Paty avait disparu. Pourtant, avec 31 voix sur 161, il aurait dû être au second tour. Ne restait plus que des personnalités féminines, le BDE soulignant le fait que «dans un but de parité, les noms masculins ont été écartés». Gisèle Halimi sera finalement choisie à l'issue du second tour, le 17 mars.

L'idéologie et les militants d'extrême gauche font la loi

Le fait d'avoir écarté Samuel Paty a créé une polémique au sein de l'établissement. Le syndicat étudiant UNI Strasbourg a publié dans la foulée un communiqué pour dénoncer une décision prise «arbitrairement» et révélatrice selon lui «de ce qu'il se passe à Sciences Po Strasbourg depuis des années». «L'idéologie et les militants d'extrême gauche font la loi et n'hésitent plus à fouler du pied un martyr de la liberté d'expression», ajoute le syndicat. En réaction, ses adhérents ont rebaptisé symboliquement l'un des amphithéâtres au nom de Samuel Paty.

Le président de l'UNI Strasbourg François Blumenroeder a émis deux hypothèses auprès de Marianne : «Soit Sciences Po Strasbourg est dans la ligne idéologique des IEP et considère que les quotas de femmes sont préférables à la compétence, ce qui est déjà problématique. Soit l'IEP ne veut pas prendre de risques en matière de problèmes communautaires.»

La direction de l'institut a invoqué de son côté le respect de la parité : «Le nom de Samuel Paty n'a pas été "censuré" de la short list proposée par les étudiants [...] La promotion 2019-2024 ayant été nommée "Tomi Ungerer", c’est au tour d’un nom féminin d’être désigné cette année, ce qui a supposé que ne restent en lice que les noms féminins proposés par les étudiants», a-t-elle expliqué à l'hebdomadaire. Pourtant, dans les règles annoncées avant le vote par le BDE de Sciences Po Strasbourg, la parité tenait de la recommandation plutôt que de l'obligation.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»