Mobilisations en France contre les violences policières, le racisme et la loi Sécurité globale

Suivez RT France surTelegram

Des manifestants défilent dans plusieurs villes de France ce 20 mars afin de dénoncer les violences policières, le racisme, mais aussi la loi Sécurité globale qui vient d'être votée au Sénat.

Mise à jour automatique
  • Le député de La France insoumise, Eric Coquerel, a expliqué pour RT France qu'on avait «une avalanche de mesures autoritaires, liberticides, de plus en plus discriminatoires qui [étaient] prises». «Il y a une sale ambiance, il y a la loi sécurité globale [...] il faut se battre coûte que coûte pour qu'elle ne passe pas, au moins l'article 24», a-t-il ajouté.

  • L'AFP a dénombré quelque 500 manifestants à Lyon contre le racisme et les violences policières ce samedi 20 mars et quelque 400 personnes ayant défilé dans le centre-ville de Rennes.

  • Selon la Préfecture de police, 3 500 personnes ont participé au défilé parisien.

    «Une manifestation qui s'est déroulée dans le calme, avec un objectif de 5 000 à 10 000 personnes. On peut dire que l'objectif est atteint», a de son côté déclaré à l'AFP, Emmanuel Vire, secrétaire général du Syndicat national des journalistes CGT.

  • A Bordeaux, la manifestation a pris fin peu après 16h.

  • A Narbonne, une soixantaine de personnes ont participé au mouvement «pour le retrait de l’état d’urgence, des mesures de restriction et des lois liberticides», selon L'Indépendant. Ils auraient rejoint un autre collectif afin de commémorer les 150 ans de la Commune.

  • A Paris, le Gilet jaune Jérôme Rodriguez a été interrogé par l'équipe de RT France. Il appelle «l'ensemble des citoyens en colères» à se réunir le 1er mai, «pourquoi pas [sur] le rond-point des Champs-Elysées», afin de montrer leur «force et leur mécontentement à l'ensemble du gouvernement».

  • Une marche contre la loi Sécurité globale a lieu à Angers (Maine-et-Loire).

  • Le cortège parisien arrive place de la Bastille. 

  • A Toulouse, quelque centaines de manifestants protestent contre «les violences policières et le racisme d'Etat» à l'appel du comité Vérité et justice.

Découvrir plus

Des rassemblements contre les violences policières, le racisme et la proposition de loi Sécurité globale (qui vient d'être votée au Sénat) sont prévus dans plusieurs grandes villes françaises, ce 20 mars.

Dans la capitale par exemple, les organisateurs se sont ainsi donnés l'objectif de lutter «contre le racisme systémique et les violences policières, carcérales, judiciaires». Sur un compte Twitter une semaine plus tôt, le réseau d'entraide Vérité et Justice avait partagé son affiche de mobilisation avec le slogan : «Stop à l'impunité». Le cortège parisien doit se rassembler aux abords du jardin du Luxembourg peu après 13h, avant de se déplacer en direction de la place de la Bastille.

Un hashtag codé hostile à la police ?

En outre, les appels se sont également multipliés en province contre la loi Sécurité globale et contre les violences policières. A Bordeaux (Gironde) par exemple, un rassemblement est en cours place de la Bourse pour dénoncer «les textes liberticides qui s’empilent dans le calendrier parlementaire». A Lyon (Rhône), le collectif «Non à la loi sécurité globale» marche au côté de celui des «Victimes des crimes sécuritaires», selon la presse locale.

«Plus de 200 organisations appellent à manifester ce 20 mars», peut-on lire sur une page de l'espace blog de Mediapart, qui répertorie les différents points de ralliement de la journée.

Fait notable, plusieurs collectifs et organisations syndicales ont agrémenté leur appel à manifester avec le hashtag #13h12, qui fait vraisemblablement référence à un code numérique représentant les lettres ACAB, acronyme anglais pour «All cops are bastards», soit «Tous les flics sont des salauds». La formule est généralement utilisée au sein de la mouvance antifa dans le cadre d'une rhétorique et d'actions hostiles aux forces de l'ordre.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»