Loi Sécurité globale : mobilisation contre le texte pour son passage au Sénat (IMAGES)

Les opposants à la loi Sécurité globale ont appelé à manifester contre le texte qui est débattu les 16, 17 et 18 mars au Sénat.

La mobilisation contre la loi Sécurité globale continue ce 16 mars après des semaines de bras de fer entre ses opposants et ses promoteurs. Plusieurs appels à manifester pour demander le retrait du texte ont été lancés par la Coordination stop loi Sécurité globale à Paris devant le Sénat et dans le reste de la France devant les préfectures et sous-préfectures.  

À Paris, ils étaient plusieurs centaines devant un palais du Luxembourg protégé par un fort dispositif policier, a constaté sur place Nadège Abderrazak, reporter de RT France.

Parmi les participants notamment le sénateur communiste Pierre Laurent qui a craint auprès de RT France que la «droite joigne ses voix à celle du gouvernement pour faire ressortir du Sénat un texte aggravé encore». Le Premier secrétaire du syndicat de journalistes SNJ Emmanuel Poupart a quant à lui dénoncé une atteinte sans précédent à «nos libertés fondamentales».

La loi Sécurité globale est débattue dans un Sénat dominé par l'opposition de droite après un passage en commission des lois le 3 mars et quatre mois après son passage à l'Assemblée nationale. Plusieurs dispositions du texte sont controversées, en premier lieu desquelles la première version de l'article 24 du texte, qui prévoit de modifier la loi de 1881 sur la liberté de la presse pour réprimer la diffusion «malveillante» d'images des forces de l'ordre, considérée comme une entorse massive à la liberté d'expression et de la presse par ses détracteurs. 

Interrogé par RT France, Anthony Gratacos, secrétaire général de la Gauche républicaine et socialiste, a estimé pour sa part que l'article 24 remettait en cause «des libertés publiques fondamentales».

Darmanin défend l'article 24 

Les sénateurs ont choisi en commission de proposer «un nouvel article [24] qui dépasse l'opposition stérile» entre liberté de la presse et protection des forces de l'ordre, en créant dans le code pénal un nouveau délit de «provocation à l'identification».

«Je veux redire ici tout l'intérêt [que l'article 24] porte et je veux redire ici toute la volonté du ministère de l'Intérieur, du gouvernement, de garder une disposition qui n'a rien à voir avec l'article 18 de la loi dite "séparatisme", pour pouvoir protéger les policiers et les gendarmes dans des opérations de police», a plaidé le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin dans l'hémicycle. 

Les sénateurs ont par ailleurs resserré en commission l'encadrement juridique du recours aux drones, autre mesure très controversée, et se sont opposés à la diffusion d'images de caméra piétons de policiers directement dans les médias ou sur les réseaux sociaux. 

Ils ont en revanche voté sans modifications la disposition, elle aussi controversée, prévoyant d'autoriser l'accès aux établissements recevant du public (musées, théâtres...) aux policiers et gendarmes armés en dehors de leurs heures de service. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»