Gérald Darmanin autorise la réouverture de la mosquée de Pantin

Gérald Darmanin autorise la réouverture de la mosquée de Pantin© AFP / ALICE LEFEBVRE
Plusieurs fidèles prient dans la grande Moquée de Pantin le 20 octobre 2020.
Suivez RT France surTelegram

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a autorisé la réouverture de la mosquée de Pantin après la démission de son recteur M'hammed Henniche qui a partagé l'une des vidéos ayant conduit indirectement à la mort de Samuel Paty.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé dans un tweet publié le 15 mars la réouverture de la mosquée de Pantin après la démission de son recteur M'hammed Henniche. Le ministre a par ailleurs demandé à la préfecture de Seine-Saint-Denis de se mettre en rapport avec les nouvelles équipes pour envisager une réouverture du lieu de culte dans les meilleurs délais.

M'hammed Henniche, avait annoncé le 14 mars avoir démissionné pour permettre la réouverture anticipée du lieu de culte près de cinq mois après la fermeture décrétée par le ministre de l'Intérieur. «J'ai présenté ma démission au conseil d'administration de la mosquée qui a choisi un nouveau président, monsieur Dramé Abderrahman», avait-il déclaré à l'AFP.

L'établissement de M'hammed Henniche avait été sanctionné pour avoir partagé sur son compte Facebook l’une des vidéos mettant en cause le professeur d'histoire Samuel Paty quelques jours avant son assassinat le 16 octobre 2020 à Conflans-Sainte-Honorine dans les Yvelines.

Le projet de loi «confortant les principes républicains» toujours en cours d'examen au Sénat

Le ministre de l'Intérieur et le préfet de la Seine-Saint-Denis Georges-François Leclerc avaient conditionné toute réouverture anticipée aux départs de M'hammed Henniche et de l'imam Ibrahim Doucouré, déjà écarté. Ayant échoué dans tous ses recours juridiques, l'association qui gère la grande mosquée a finalement décidé de se plier à la volonté du ministre de l'Intérieur. 

Suite à la décapitation de l'enseignant qui avait secoué toute la France, le gouvernement avait par ailleurs annoncé un texte législatif afin de lutter contre le «séparatisme islamique», l'objectif étant de mieux encadrer les lieux de culte et les associations. Ce projet de loi «confortant les principes républicains» a été adopté le 16 février 2020 par l’Assemblée nationale et est actuellement en cours d'examen au Sénat.

A ce jour, 89 lieux de cultes soupçonnés de séparatisme et répartis sur 33 départements font l'objet d'un suivi particulier. Dix-sept lieux ont déjà été fermés, notamment pour des raisons de non-conformité avec des normes de sécurité.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»