Mosquée de Pantin : le tribunal administratif valide la fermeture pour six mois

- Avec AFP

Mosquée de Pantin : le tribunal administratif valide la fermeture pour six mois© ANTONY PAONE Source: Reuters
Une femme devant la grande mosquée de Pantin le 20 octobre 2020 (image d'illustration).

Le tribunal a souligné le contexte «d'entrisme de la mouvance radicale» au sein de la grande mosquée de Pantin. L'institution a fait savoir sa volonté de faire appel de la décision de justice.

Le tribunal administratif de Montreuil a validé ce 27 octobre la décision ordonnée par le ministère de l'Intérieur de fermer pour six mois la mosquée de Pantin (Seine-Saint-Denis), accusée par les autorités d'avoir relayé des propos qui ont conduit à l'assassinat de Samuel Paty.

«Il n'apparaît pas, en l'état de l'instruction, que le préfet de la Seine-Saint-Denis aurait porté une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales [en fermant provisoirement le lieu de culte] aux fins de prévenir la réitération de tels actes», a estimé le tribunal dans un jugement consulté par l'AFP.

Les autorités reprochent à la mosquée d'avoir partagé le 9 octobre sur sa page Facebook une vidéo montrant le père d'une élève d'un collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) indigné à la suite d'un cours sur la liberté d'expression dispensé par Samuel Paty. Le 16 octobre, le professeur d'histoire-géographie était décapité par un djihadiste tchétchène âgé de 18 ans, Abdouallakh Anzorov.

Lors de l'audience le 26 octobre, Mohammed Henniche, responsable de la mosquée et président de la Fédération musulmane de Pantin à l'initiative de cette requête, s'est dit «accablé», exprimant à plusieurs reprises ses regrets.

«Il n'en demeure pas moins qu'il a fait preuve, en tout état de cause, d'une négligence incompréhensible, alors que sa position et ses fonctions auraient dû le conduire à plus de retenue», a souligné le tribunal administratif dans son jugement.

«Cette diffusion s'inscrit, en outre dans un contexte d'entrisme de la mouvance radicale au sein de la Grande mosquée de Pantin. Il résulte en effet de l'instruction que Monsieur Doucouré, alias Abou Talha, un des imams de la mosquée de Pantin officiant à la prière du vendredi, est impliqué dans la mouvance islamiste radicale d'Ile-de-France», a ajouté le tribunal. Abou Talha avait annoncé le 25 octobre se mettre en retrait de ses activités. 

La Fédération musulmane de Pantin, par le biais de ses avocats, a annoncé dans un communiqué son intention de faire appel de cette décision devant le Conseil d'Etat.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»