France 3 Franche-Comté a-t-elle subi des pressions de la préfecture pour imposer Le Maire au JT ?

France 3 Franche-Comté a-t-elle subi des pressions de la préfecture pour imposer Le Maire au JT ?© Sarah Meyssonnier Source: Reuters
Bruno Le Maire à Paris, le 15 février 2021 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Alors que Bruno Le Maire se rendait en Haute-Saône le 19 février, la préfecture aurait fait preuve d'intimidation pour placer le ministre à l'antenne de France 3 Franche-Comté. L'intersyndicale des journalistes de la chaîne dénonce un chantage.

Le 18 février, à la veille d'un déplacement du ministre de l'Economie et des Finances à Arc-lès-Gray, la préfecture de Haute-Saône aurait, face au «peu d'empressement» suscité par la venue ministérielle, averti des journalistes du bureau de France 3 de Vesoul, «qu’elle pourrait bien s’opposer au tournage en cours d’un magazine avec les gendarmes du département, si une équipe n’était pas dépêchée» pour effectuer une couverture en direct de la présence de Bruno le Maire. C'est ce qu'assure un communiqué conjoint des sections syndicales CGT, SUD et SNJ de France 3.

Nous sommes tombés des nues ! Je n'ai jamais vu une chose pareille de toute ma carrière

«Le 19 février, les spectateurs découvrent donc Bruno Lemaire en direct dans le journal. Un choix éditorial, selon la rédaction en chef. Nous ne contestons pas cette décision, mais cela n’excuse en rien le chantage exercé par la préfecture de Haute-Saône. Demander un reportage est une chose, menacer d’interrompre un tournage pour l’obtenir, c’est grave», a souligné l'intersyndicale.

La préfecture aurait répondu qu'il s'agissait d'une «initiative individuelle»

«Ce qui s’est passé en Franche-Comté fleure bon les années 60, l’époque où les conducteurs de JT étaient validés par la préfecture», a lui souligné sur Twitter le SNJ de France Télévisions.

«Ce genre d'information doit se savoir, c'est important pour faire de la prévention contre ce genre de pratiques», a pour sa part commenté Dominique Pradalié, secrétaire générale du SNJ, jointe par RT France. «Les plus grandes censures non seulement encouragent les censeurs, mais font honte à ceux qui n'ont rien dit», a-t-elle ajouté. 

Raoul Advocat, journaliste à France Télévisions et représentant SNJ, a exprimé auprès de RT France la stupéfaction des équipes de journalistes face à ces agissements. «Nous sommes tombés des nues ! Je n'ai jamais vu une chose pareille de toute ma carrière», a-t-il assuré. Selon ses informations, la direction régionale et le rédacteur en chef de France Télévisions ont contacté la préfecture pour «dire de manière très ferme que c'était des méthodes inadmissibles». Selon lui, «les choses ont été faites de tous les côtés» pour dénoncer ces méthodes. La préfecture aurait répondu qu'il s'agissait d'une «initiative individuelle».

L'épisode s'inscrit dans un contexte marqué par de multiples tensions entre les professionnels de l'information et les autorités françaises. Fin 2020, les principales organisations d'éditeurs de presse adressaient un courrier commun au Premier ministre Jean Castex pour exprimer leur inquiétude face à «la multiplication d'actions législatives sanctionnant la presse», et défendre la loi de 1881 qui consacre la liberté d'informer.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix