Guerre d’Algérie : «Réconcilier les mémoires» sans rouvrir les blessures du passé ?

Suivez RT France surTelegram

M'hamed Kaki, fondateur de l'association mémorielle Les Oranges et Mohand Hamoumou, président de l'association Ajir, étaient invités à débattre des propos d’Emmanuel Macron sur le rôle de la France dans la guerre d’Algérie.

«Ali Boumendjel ne s’est pas suicidé. Il a été torturé puis assassiné.» Auprès de sa famille d’abord puis par un communiqué de presse envoyé le 2 mars dans la soirée, Emmanuel Macron a reconnu la responsabilité de l’armée française dans l’assassinat de cet ancien avocat et militant algérien, décédé en 1957 à l’âge de 37 ans. Sa mort avait alors été maquillée en suicide.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»