Un ancien policier acquis aux thèses djihadistes condamné en appel à sept ans de prison

- Avec AFP

Un ancien policier acquis aux thèses djihadistes condamné en appel à sept ans de prison© Thomas Coex Source: AFP
Un policier de la brigade anti-criminalité en uniforme. (Image d'illustration)

Déjà condamné à six ans de prison en première instance, l'ancien policier Mamadou N'Diaye a été reconnu coupable en appel d’association de malfaiteurs à visée terroriste et d’escroquerie. Il a été condamné le 1er mars à sept années de prison ferme.

Un ancien gardien de la paix a été condamné le 1er mars par la cour d'appel de Paris à sept années d'emprisonnement, après avoir été reconnu coupable d'avoir adhéré à la cause djihadiste entre 2014 et 2016 et d'avoir notamment cherché des noms de personnes radicalisées dans des fichiers de police.

En première instance, en juillet 2019, Mamadou N'Diaye avait été condamné à six ans de prison. Sa peine de sept ans est assortie d'une période de sûreté de moitié. La cour a ordonné son maintien en détention et lui a interdit d'exercer un emploi public. L'ex-policier a été reconnu coupable d'association de malfaiteurs à visée terroriste et d'escroquerie. 

Il a été condamné notamment pour avoir partagé l'idéologie de l'organisation Etat islamique (EI) entre 2014 et 2016 avec son frère radicalisé, en regardant des vidéos et suivant des djihadistes sur les réseaux sociaux, cautionné l'attentat contre un couple de policiers à Magnanville en 2016, activé avec ce frère un compte Twitter pour un cadre français de l'EI, Salah-Eddine Gourmat, et consulté dans des fichiers de police les fiches de personnes poursuivies pour terrorisme.

Des faits commis au moment des attentats

Cet ancien gardien de la paix au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), depuis révoqué, avait été interpellé en juin 2017 dans son commissariat et placé sous contrôle judiciaire. «Les faits sont d'une particulière gravité au regard de votre qualité» de policier, a déclaré la présidente de la cour lors du délibéré. Ce sont, de plus, «des faits commis au moment des attentats. La cour a tenu compte de cette période», a-t-elle ajouté. 

Ce policier aux bons états de service affecté à la brigade des accidents et délits routiers était notamment intervenu sur les lieux du meurtre d'Aurélie Châtelain, tuée à Villejuif en 2015 sur fond de projet d'attentat avorté, et s'était porté volontaire en cas de besoin après les attentats parisiens du 13 novembre 2015.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»