Un photojournaliste agressé et grièvement blessé dans un quartier sensible de Reims

Un photojournaliste agressé et grièvement blessé dans un quartier sensible de Reims© Regis Duvignau Source: Reuters
Les forces de l'ordre s'étaient rendues sur place, car elles avaient identifié des mouvements de jeunes (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Un photographe du quotidien L'Union a été violemment agressé dans un quartier sensible de Reims alors qu'il couvrait un rassemblement de jeunes. Son pronostic vital est engagé. Une enquête est ouverte pour tentative de meurtre.

Le quotidien régional L'Union a informé le 27 février 2021 que l'un de ses photographes, Christian Lantenois, a été grièvement blessé le même jour après avoir été attaqué par «un groupe de jeunes» dans le quartier Croix-Rouge à Reims, alors qu'il effectuait son travail. «Son état reste très préoccupant […] son pronostic vital est engagé», précise le quotidien.

Selon le média local, le procureur de la République de Reims a ouvert une enquête pour tentative de meurtre à la suite de cette agression. La victime aurait en effet reçu un projectile à la tête, possiblement «un pavé».

D'après L'Union, la tension est montée d'un cran dans le quartier vers 14h30, à la suite d'une intervention de police pour suspicion de blessure par balle, qui s'avérera être une simple rumeur. Mais sur les lieux, il y avait «une trentaine de jeunes […] munis de barres de fer, de clubs de golf et d’extincteurs». Le journaliste a été pris à partie quand il s'est rendu sur place.

«Il semblerait qu'il était présent pour des raisons professionnelles et qu'il semblait couvrir des regroupements de jeunes. Le reste des circonstances est encore inconnu et mérite d'être clarifié», a déclaré à l'AFP le procureur de la République de Reims, Matthieu Bourrette, ajoutant que du matériel photographique pourrait avoir été détruit.

Le journaliste aurait été retrouvé au sol, aux alentours de 15h30, là «où il y avait manifestement un mouvement de jeunes», a pour sa part déclaré à l'AFP le préfet de la Marne, Pierre N'Gahane. «Le quartier reste un quartier sensible. Il y a un an, juste avant le confinement, il y a eu deux séries d'affrontements entre les jeunes de ce quartier et d'un autre quartier. Redoutant ce type de problème, les policiers occupaient l'espace», a ajouté le préfet, précisant que le photojournaliste était arrivé quelques minutes avant l'une de ses collègues et que celle-ci «l'aurait découvert» au sol.

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a rapidement réagi à cette agression : «Mes pensées accompagnent le photojournaliste grièvement blessé dans le cadre de son travail à Reims. Solidarité avec la rédaction de L'Union/L'Ardennais et l’ensemble de la profession. La police nationale est pleinement mobilisée pour identifier et interpeller les auteurs.»

La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, a également exprimé son soutien «sans faille» et sa «solidarité» auprès du photojournaliste et de la rédaction du journal.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»