Jérôme Rodrigues : «On me fait passer pour un haineux des keufs»

Jérôme Rodrigues  : «On me fait passer pour un haineux des keufs»© Capture d'écran vidéo RT France
Jérôme Rodrigues, l'une des figures des Gilets jaunes, est interrogé en marge de son procès, le 24 février 2021.
Suivez RT France surTelegram

Le Gilet jaune Jérôme Rodrigues était jugé le 24 février pour injures envers la police après un échange sur Twitter en septembre dernier. Il s'est défendu de viser l'institution et a fustigé dans la foulée la politique sécuritaire du gouvernement.

Jérôme Rodrigues comparaissait le 24 février devant le tribunal correctionnel de Paris pour «injure» envers la police. La figure du mouvement des Gilets jaunes est poursuivie pour avoir qualifié sur Twitter le 9 septembre 2020 le syndicat policier Synergie-officiers de «bande de nazis» et évoqué l'existence d'un «camp de concentration [caché] au nord-est de Paris». Réagissant à la publication, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin avait alors annoncé le lendemain sur le même réseau social, déposer une plainte «au nom du ministère, et pour défendre l’honneur de tous les policiers». 

Devant le juge, Jérôme Rodrigues et son avocat Arié Alimi ont démontré que l'insulte ne visait pas l'institution policière mais un syndicat et en particulier les personnes chargées de son compte Twitter. «Malgré sa blessure volontaire, Jérôme Rodrigues n'a jamais insulté la police, à aucun moment lors de ses nombreuses prises de paroles», a déclaré Arié Alimi, avant de demander la relaxe de son client. L'Etat ainsi que Synergie-officiers, partie civile, ont chacun demandé un euro au titre des dommages et intérêts à l'encontre du prévenu ainsi que la prise en charge des frais de justice.

A l'issue de son procès, Jérôme Rodrigues a déploré au micro de RT France l'existence d'une entreprise de dénigrement à son encontre : «On continue aujourd'hui à [me] faire passer pour un haineux des keufs alors que ce n'est pas vrai. On continue à [me] faire passer pour violent . Je n'ai pas de casier. Je suis là pour militer pour les droits sociaux et pour le mieux-vivre de mes camarades», s'est-il défendu avant de fustiger le gouvernement qui, selon lui, «utilise les flics pour les protéger de leurs conneries». La décision du tribunal sera rendue le 6 avril.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»