Attentat déjoué à Paris : trois djihadistes condamnés à des peines de 22 à 30 ans de prison

- Avec AFP

Attentat déjoué à Paris : trois djihadistes condamnés à des peines de 22 à 30 ans de prison© AFP / JACQUES DEMARTHON
Une photo de la statue située à l'entrée de la cour d'assises de Paris (image d'illustration).

Ce 17 février, trois djihadistes jugés pour avoir planifié un attentat à Paris en 2016 ont été condamnés à des peines de 22 à 30 ans de prison. Ils ont accueilli le verdict sans réaction et ont dix jours pour faire appel.

Trois djihadistes jugés devant la cour d'assises spéciale de Paris pour association de malfaiteurs terroriste ont été condamnés le 17 février à des peines de vingt-deux à trente ans de réclusion criminelle, rapporte l’AFP. 

Au regard de leur «dangerosité», la cour d'assises a assorti leur peine d'une période de sûreté des deux tiers. Le Strasbourgeois Hicham Makran a été condamné à vingt-deux ans de réclusion, son ami d'enfance Yassine Bousseria à vingt-quatre ans et le Marocain Hicham El-Hanafi à la peine maximum de trente ans d'emprisonnement. Ce dernier, de nationalité marocaine et sans attache en France, aura l'interdiction définitive de demeurer sur le territoire français à l'issue de sa peine. Les trois condamnés seront par ailleurs inscrits au fichier des auteurs d'infractions terroristes (Fijait).

Dans la matinée, deux des accusés, Yassine Bousseria et Hicham El-Hanafi, avaient demandé que la cour leur accorde de «l’espoir». Hicham Makran (dont les capacités de compréhension sont «limitées» selon les experts et qui souffre de dyslexie) n'avait pas souhaité prendre une dernière fois la parole. Le parquet national antiterroriste (Pnat) avait requis des peines allant de vingt à trente ans de prison.

Un attentat déjoué grâce à l'opération judiciaire «la plus ambitieuse de la France»

Apprenant le verdict, plusieurs avocats n'ont pas caché leur déception en notant que la cour s'était montrée plus sévère que les réquisitions du Pnat. «Même le Pnat est dépassé», a ironisé l'un d'eux en notant que la cour avait délibéré à peine plus de trois heures avant de prononcer son verdict. Les trois condamnés, qui ont accueilli le verdict sans réaction, ont dix jours pour faire appel.

Jugés depuis le 1er février pour un projet d'attentat à Paris en 2016, le projet avait finalement été mis en échec grâce à une opération de cyberinfiltration de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) au sein de l'organisation djihadiste.

«L'opération "Ulysse" [du nom de l'agent de la DGSI ayant infiltré les réseaux de l'Etat islamique] a été l'opération judiciaire la plus ambitieuse de la France en matière d'antiterrorisme», s’était félicité Benjamin Chambre, vice-procureur de la République auprès du tribunal de grande instance de Paris.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»