Gérald Darmanin : «Je souhaite que les électeurs du Front national votent pour nous»

Gérald Darmanin : «Je souhaite que les électeurs du Front national votent pour nous»© CHARLES PLATIAU Source: Reuters
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin en conférence de presse à l'Elysée, à paris, le 9 décembre 2020.
Suivez RT France surTelegram

Le ministre de l'Intérieur a justifié sur RTL le 16 février l'accusation de «mollesse» qu'il a lancée à Marine Le Pen cinq jours plus tôt, expliquant que «l’argument moral contre le Front national ne suffit pas».

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin poursuit sa stratégie de séduction des électeurs du Rassemblement national, et cela de manière décomplexée. Interrogé le 16 février sur RTL, l'ancien maire de Tourcoing a affirmé, en employant l'ancien nom du Rassemblement national : «Je souhaite que les électeurs du Front national votent pour nous».

Gérald Darmanin est notamment revenu sur son débat avec la présidente du RN Marine Le Pen qui s'est déroulé le 11 février sur France 2, au cours duquel il lui avait reproché de quasiment être «dans la mollesse» vis-à-vis de l'islamisme. Sur RTL, le ministre a accusé : «Elle n’est pas bonne [...] elle ne connaît pas ses chiffres [...] elle ne connaît pas ses dossiers». Il a en outre accusé l'opposante d'être «nulle pour organiser le pouvoir dans le pays».

Selon lui, ce débat avait pour but de ramener les électeurs de Marine Le Pen vers des «gouvernements républicains, qui peuvent répondre fermement, dans un état de droit, à leurs questions». «Je souhaite que les électeurs du Front national votent pour nous. Je souhaite qu’ils comprennent que nous pouvons répondre à leur colère. Je souhaite montrer que Marine Le Pen, en fait, elle vit des problèmes, elle ne veut pas les résoudre, car quand il n’y a plus de problèmes il n’y a plus de Front national», a-t-il développé.

L’argument moral contre le Front national ne suffit pas

Au sein de la majorité, les propos de Gérald Darmanin sur la «mollesse» de Marine Le Pen ont créé une gêne, certains cadres estimant que le ministre risquait de faire fuir les électeurs de gauche en vue de la présidentielle 2022. «Je n'aurais pas utilisé ce terme», a assuré sur Europe 1 l'eurodéputé Stéphane Séjourné, tandis que le délégué général de LREM Stanislas Guérini a assuré sur France Info que Darmanin avait «voulu dire» que Marine Le Pen était «floue».

Le ministre de l'Intérieur a décidé le 16 février sur RTL de balayer toute ambiguïté, expliquant : «Ce qui est sûr c’est que l’argument moral contre le Front national ne suffit pas. Des millions de gens votent pour Marine Le Pen, elle est au second tour de la présidentielle comme son père la première fois que j’ai voté, ça fait désormais 20 ans. Qu’est-ce qu’on va dire ? Simplement que Marine Le Pen n’est pas gentille ? C’est vrai qu’elle n’est pas gentille, c’est vrai que c’est une ennemie de la République, mais ça ne suffit pas».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»