Squat à Toulouse : des soutiens du retraité de 88 ans agressés et gazés au poivre

Squat à Toulouse : des soutiens du retraité de 88 ans agressés et gazés au poivre© Eric Cabanis Source: AFP
Cliché pris à Toulouse le 21 janvier 2008 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Sept participants à un événement de soutien au retraité dont la maison a été squattée ont été pris à partie le 13 février par des personnes cagoulées à Toulouse. Un média local antifa parle d'un «retour de bâton pour la milice anti-squat».

Plusieurs riverains qui avaient permis de libérer la maison d'un retraité de 88 ans squattée à Toulouse ont été violemment agressés et aspergés de gaz au poivre le 13 février 2021, alors qu'ils fêtaient «cette victoire» près du lac de Sesquières, selon Le Figaro.

Des membres du groupe de soutien Facebook «Aider Roland 88 ans, chassé par des squatters» avaient décidé d'organiser un événement au bord de ce lac au nord de Toulouse, pour «évoquer cette affaire et s'organiser pour la suite sur ce sujet de la lutte contre le squat», explique au quotidien l'organisateur de la rencontre. Sept personnes étaient présentes quand, vers 14h, un groupe d'«une dizaine ou douzaine de personnes habillées tout en noir, et avec des matraques télescopiques», portant des cagoules, sont arrivés, ont bousculé et gazé les participants, relate auprès de RTL l'un d'entre eux.

«Ils m'ont frappé par terre à coups de matraques»

«Il y avait parmi nous deux femmes et un handicapé, ils nous ont gazés et aveuglé. Ils m'ont frappé par terre à coups de matraques. J'ai beaucoup d'hématomes, mais je n'ai rien de cassé», a expliqué l'organisateur et administrateur du groupe Facebook de soutien, qui a expliqué que les forces de l'ordre «[étaient] venues très rapidement». Deux vélos auraient été volés, et la moto de l'un des participants cassée. Sur les sept victimes, quatre ont porté plainte.

Le Figaro souligne que cette agression a été relayée par un média local d'extrême gauche, Information Anti Autoritaire Toulouse et Alentours (IAATA). L'article, qui parle d'un «retour de bâton pour la milice anti-squat», affirme qu'«un comité d'accueil attendait ces sous-flics qui ont mangé quelques coups et de la gazeuse».

Une vingtaine de squatteurs avait pris possession de la maison de Roland Leutard en septembre 2020, profitant des absences de l'homme de 88 ans qui louait un appartement ailleurs pour se rapprocher de sa femme en Ehpad. Ils avaient changé les serrures et avaient été découvert plus de 48h après avoir investi la maison du retraité octogénaire, ne pouvant alors plus être délogés par la police avant la fin de la trêve hivernale, prolongée pour 2021 jusqu'en juin du fait de la crise du coronavirus.

Mais du 9 au 11 février, des soutiens de Roland Leutard se sont relayés devant la maison pour forcer les squatteurs à partir, ce que ces derniers ont fait le 11 février au soir, sans violence mais avec des «tensions verbales», en présence de la police.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»