Une député macroniste veut «généraliser le permis internet»

Une député macroniste veut «généraliser le permis internet»© Mal Langsdon Source: Reuters
Les réseaux sociaux sont vus comme une réelle menace pour la jeunesse par le gouvernement (image d'illustration).

La députée Caroline Abadie a alerté sur les dangers d'internet. Elle a pointé du doigt le cyberharcèlement et la menace pour la démocratie. Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer s'est dit «très ouvert» à cette proposition.

Lors des traditionnelles questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, la député de La République En Marche Caroline Abadie a proposé, le 9 février, de généraliser le permis internet, mis en œuvre actuellement en tant que «programme national de prévention pour un usage d’internet vigilant, sûr et responsable à l’attention des enfants de CM2 et de leurs parents».

S'adressant au ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, l'élue de l'Isère a déclaré regretter que ce permis soit aujourd'hui délivré en CM2 «par des gendarmes et des policiers qui, malgré une mobilisation exceptionnelle depuis 2013, ne touche qu'un quart des enfants».

Elle a en outre estimé que les jeunes devaient être davantage sensibilisés aux risques d'internet et pas seulement à la maîtrise de la technologie. «Nous sommes nombreux, pas seulement au sein du groupe La République en marche, à penser qu'il en va autant de la santé des jeunes de ce pays que de la démocratie», a-t-elle étayé. En introduction de son propos, elle avait nommé deux exemples qui illustreraient les dérives d'internet avec une allusion au compte Twitter de Donald Trump : «Que l'on se suicide à 11 ans en direct sur TikTok ou que l'on soit président des Etats-Unis, battu aux élections, nous courrons tous le même risque. Celui d'être blessé ou de blesser sur les réseaux sociaux.»

Que l'on se suicide à 11 ans en direct sur TikTok ou que l'on soit président des Etats-Unis, battu aux élections, nous courrons tous le même risque

Elle a ainsi constaté que «de plus en plus tôt [les jeunes] sont seuls face à leur écran», déplorant que «56% des 11/20 ans ont été victimes de cyber-violences quand 24% reconnaiss[ai]ent en avoir commis». «Il faut semer la graine de la citoyenneté numérique plus tôt, arroser cette graine tout au long de la scolarité pour qu'elle s'enracine durablement», a-t-elle argumenté.

Favorable, Jean-Michel Blanquer veut une meilleure «maîtrise d'internet»

En réponse, Jean-Michel Blanquer s'est dit «très ouvert» à la proposition de Caroline Abadie. Le ministre est, pour sa part resté, dans le domaine du cyberharcèlement et n'a pas élargi sur le plan politique.

Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer, a salué le fait que la députée soulève «un sujet essentiel, celui de la maîtrise d'internet, la création d'une cyber-citoyenneté». «On en fera jamais trop en la matière», a-t-il poursuivi, expliquant que la France devait «lutter plus que jamais [contre le cyberharcèlement]».

«C'est dès l'école primaire que la citoyenneté numérique doit être envisagée», a-t-il affirmé.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»