Marche des restaurateurs : «Il faut reprendre ses droits», estime Stéphane Turillon

Marche des restaurateurs : «Il faut reprendre ses droits», estime Stéphane Turillon© SEBASTIEN BOZON / AFP
Vidéo
La marche du restaurateur Stéphane Turillon et de ses soutiens à Cusance, le 1er février 2021.
Suivez RT France surTelegram

Face aux menaces du gouvernement, ce patron d'un établissement de Cusance, dans le Doubs a renoncé à rouvrir. Il a préféré réunir un cortège de 250 personnes afin de dénoncer la fermeture des restaurants en raison des mesures sanitaires.

Après avoir appelé ses collègues à rouvrir le 1er février leurs établissements malgré les interdictions sanitaires en guise de protestation, le restaurateur du Doubs Stéphane Turillon a finalement renoncé à faire de même avec le sien, après la promesse de lourdes sanctions contre les contrevenants.

«Je n'ai pas le droit de travailler, je n'ai pas le droit d'être libre»

«On ne rouvre pas, parce que je risque d'aller en prison, de perdre mes indemnités» et «même de fermer définitivement», a expliqué le patron de la Source bleue, à Cusance, au nord-est de Besançon. «Il faut reprendre ses droits, que les politiques changent», a-t-il ajouté au micro de l'agence vidéo Ruptly. Estimant la devise française «bafouée», il a poursuivi : «Je n'ai pas le droit de travailler, je n'ai pas le droit d'être libre, ce n'est pas équitable.»

Stéphane Turillon a finalement accueilli une centaine de clients masqués, debout sous des tentes installées près de son restaurant où il leur a servi des plats à emporter, ce qui est légal. «Il n'y a pas d'infraction relevée», a confirmé à l'AFP le directeur de cabinet du préfet du Doubs, présent sur place. Le patron frondeur a d'ailleurs «remercié la gendarmerie du Doubs pour la prévention».

Le restaurateur a mené une autre action «symbolique», selon ses termes. En tête d'un cortège d'environ 250 personnes, selon la préfecture, Stéphane Turillon s'est rendu au cimetière de la commune pour déposer son tablier et un drapeau français en hommage aux «artisans de France» contraints à la fermeture en raison des mesures sanitaires.

Les menaces du gouvernement

Le Premier ministre Jean Castex a déjà annoncé que la réouverture des bars et restaurants ne se ferait pas avant mi-février au plus tôt. Le 1er février, avant le renoncement du restaurateur du Doubs à braver les consignes, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait menacé sur RTL les établissements clandestins qui enfreindraient les règles en servant des clients à table de suspendre leur accès au fonds de solidarité «pendant un mois», puis définitivement en cas de récidive.

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, avait évoqué sur France Info une «très petite minorité des restaurateurs qui décideraient d'ouvrir alors même qu'ils sont fermés administrativement».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»