Consentement : Rugy s'explique après sa blague polémique à Darmanin

Consentement : Rugy s'explique après sa blague polémique à Darmanin© Ludovic Marin Source: Reuters
François de Rugy a sans doute mis mal à l'aise Gérald Darmanin (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Accusé de viol, Gérald Darmanin a été en pleine commission l'objet d'une curieuse remarque de la part de François de Rugy, une allusion à ces accusations créant un certain malaise en commission.

Lors de la discussion sur le projet de loi contre les «séparatismes» le 18 janvier, le président de la commission spéciale de l'Assemblée nationale François de Rugy s'est adressé de manière surprenante à Gérald Darmanin.

Demandant l'avis du gouvernement sur l'un de ces amendements, François de Rugy n'a semble-t-il pas entendu le ministre de l'Intérieur. «Il faut bien... c'est comme le consentement, il faut bien exprimer l'avis, monsieur le ministre», lui a-t-il alors lancé. D'autres députés se sont amusés de cette allusion. Tentant de rattraper cette petite bourde, François de Rugy poursuit : «Vous, qui avez été maire, vous savez il faut qu'on entende clairement oui... il faut qu'on entende clairement si l'avis est favorable ou défavorable, merci.»

Des internautes et des politiques y ont vu une allusion ironique à l'information judiciaire pour viol qui vise le ministre de l'Intérieur et qui lui vaut nombre de critiques d'opposants depuis sa nomination à Beauvau.

Si certains croient pouvoir polémiquer, c’est qu’ils ne s’intéressent pas au texte

Pour mettre un terme à la polémique, le député macroniste (LREM) s'est expliqué le 19 janvier auprès du Huffington post. Il affirme que sa petite phrase n'était en aucun cas une allusion aux accusations visant Gérald Darmanin mais à l’article 17 du projet de loi qui était alors en discussion en commission. C'est article «vise à lutter contre les mariages forcés et [...] parle à juste titre du recueil par le maire d’une commune ou de ses services du consentement des futurs époux», explique François de Rugy qui poursuit : «Voilà ce à quoi je faisais référence. Ni plus ni moins. Si certains croient pouvoir polémiquer, c’est qu’ils ne s’intéressent pas au texte. Point.»

Le ministre de l'Intérieur est accusé par Sophie Patterson-Spatz de viol, harcèlement sexuel et abus de confiance. En 2009, la plaignante s'était adressée à l'élu, alors chargé de mission au service des affaires juridiques de l'UMP (ancêtre de LR), pour tenter de faire réviser une condamnation de 2004 pour chantage et appels malveillants à l'égard d'un ex-compagnon.

Selon ses déclarations, Gérald Darmanin lui aurait fait miroiter son appui et elle se serait sentie contrainte de «passer à la casserole», ainsi qu'elle l'a expliqué aux enquêteurs. Gérald Darmanin a reconnu avoir eu une relation sexuelle avec cette femme mais, selon lui, librement consentie.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»