«On ne va rien changer» : le maire de Saint-Brieuc refuse d’appliquer le couvre-feu à 18h

«On ne va rien changer» : le maire de Saint-Brieuc refuse d’appliquer le couvre-feu à 18h© Fred TANNEAU
Drapeau de la région administrative de Bretagne (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Les nouvelles restrictions annoncées par Jean Castex dans le cadre de la crise sanitaire ont suscité de vives réactions à l'échelle nationale. Le maire de Saint-Brieuc a affirmé qu'il ne ferait pas appliquer le couvre-feu à 18h dans sa ville.

Désobéissance bretonne ? Comme il l’a annoncé le 16 janvier à l'antenne de France info, le maire de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) Hervé Guihard refuse que sa ville applique le couvre-feu à partir de 18 heures, mesure qui fait partie des nouvelles restrictions à l'échelle nationale annoncées deux jours plus tôt par le chef du gouvernement.

On n'est pas encore dans un territoire en crise

«On ne va rien changer [...] On va continuer à ouvrir les écoles, les crèches, les centres de loisirs, les centres d'accueil jusqu'aux horaires classiques. Parce que sinon, ce sont toujours les plus défavorisés qui trinquent», a notamment déclaré l'édile breton issu du mouvement social-démocrate Place Publique. «On n'est pas encore dans un territoire en crise. Si nous étions en crise, je n'aurais pas du tout cette réaction», a-t-il encore estimé, dénonçant par ailleurs un manque de concertation entre l'exécutif et les maires de France. «Les préfets n'ont aucune liberté. Ils agissent sous ordre de l'Etat et c'est leur fonction. Mais il n'y a pas de dialogue sur cette proportionnalité qu'évoque notre Premier ministre, qui ne se joue pas sur le territoire», a-t-il ajouté.

L'épisode n'est pas sans rappeler la fronde de certains maires de France, au mois d'octobre 2020, face aux restrictions nationales pénalisant les petits commerces. Certains édiles avaient pris des arrêtés municipaux pour autoriser l'ouverture des commerces non-alimentaires dans leur ville, suscitant alors les réactions de préfectures, censées faire appliquer les mesures nationales. «Tout arrêté municipal qui autoriserait le maintien de l’ouverture des commerces dont l’activité n’est pas autorisée par le décret du 29/10 est illégal», avait par exemple réagi la préfecture de la Corrèze.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»