Insultes, menaces... : la principale du collège où enseignait Samuel Paty porte plainte

- Avec AFP

Insultes, menaces... : la principale du collège où enseignait Samuel Paty porte plainte© Thomas Coex Source: AFP
Le collège Bois d'Aulne à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) le 3 novembre 2020 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Après des insultes et des menaces par message vocal, le chef d'établissement du Bois d'Aulne a déposé plainte. Le collège est accusé de laxisme dans la défense de Samuel Paty, le professeur décapité dans un attentat en octobre dernier.

La principale du Bois d'Aulne à Conflans-Saint-Honorine, où enseignait Samuel Paty, a porté plainte après avoir reçu un message vocal «menaçant», qui accusait le collège de laxisme dans la défense du professeur décapité, a-t-on appris le 22 décembre 2020 de sources concordantes.

Cette plainte a été déposée «pour outrage et menace de crime ou de délit contre personne chargée de mission de service public», selon le parquet de Versailles, sollicité par l'AFP.

L'établissement accusé de ne pas avoir suffisamment soutenu le professeur

Selon le rectorat, le chef d'établissement a porté plainte le 10 décembre «suite à un message menaçant sur la boîte vocale du collège».

Une source proche de l'enquête en cours a, de son côté, précisé à l'AFP que ce message était constitué d'«un mélange d'insultes et de menaces» visant le collège et l'accusant, en substance, de laxisme dans la défense de Samuel Paty.

Le 16 octobre, Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie de 47 ans, a été décapité par un Tchétchène radicalisé, après avoir montré des caricatures du prophète Mahomet à ses élèves, dans le cadre d'un cours sur la liberté d'expression. 

Début décembre, une enquête administrative de l'Education nationale a été publiée, restituant les événements survenus avant son assassinat. Le rapport conclut notamment que l'institution et l'établissement ont pris «des dispositions avec réactivité pour gérer le trouble».

A l'inverse, l'avocate de la famille de Samuel Paty, Virginie Le Roy, a jugé que «les institutions», dont l'Education nationale, n'avaient «pas su protéger» le professeur.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix